Mali: au moins 9 soldats nigériens tués dans une attaque contre l'ONU

Par La rédaction

Nations unies (Etats-Unis) (AFP)

Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon s'est déclaré vendredi "scandalisé" par l'attaque contre un convoi de la Minusma au Mali et a souligné que s'en prendre aux Casques bleus constituait "une grave violation des lois internationales".

Cette attaque porte à 30 morts et 90 blessés le bilan des victimes au sein de la Minusma (Mission de l'ONU au Mali) depuis son déploiement le 1er juillet 2013.

M. Ban "rappelle aux groupes armés opérant dans le nord du Mali l'engagement qu'ils ont pris, le 16 septembre à Alger, de coopérer avec l'ONU pour éviter des attaques contre les Casques bleus".

"Toutes les parties doivent prouver leur bonne foi et leur attachement à une solution politique et les responsables de ces actes épouvantables doivent rendre des comptes", a ajouté M. Ban, cité par son porte-parole.

Le secrétaire général a aussi "assuré les Maliens du soutien sans faille des Nations unies dans leurs efforts pour parvenir à la paix".

A l'initiative de la France, le Conseil de sécurité a ensuite publié une déclaration unanime pour "condamner dans les termes les plus forts" cette attaque et affirmer qu'il s'agit d'un "crime de guerre au regard des lois internationales".

La Mission de l'ONU au Mali a annoncé vendredi avoir perdu au moins neuf Casques bleus dans l'attaque la plus meurtrière contre ses troupes depuis son déploiement en 2013.

Le porte-parole de l'ONU, Stéphane Dujarric, a précisé que le convoi de la Minusma qui a été attaqué comportait un camion-citerne, ce qui peut expliquer l'ampleur du bilan.

Le gouvernement malien et six mouvements armés du nord du Mali ont signé en juillet à Alger une feuille de route pour des négociations devant ramener la paix.Le deuxième round de discussions s'est ouvert début septembre à Alger mais aucune avancée notable n'a été enregistrée.