Mali: l'hôtel Radisson Blu de Bamako rouvre 25 jours après l'attaque meurtrière

Par La rédaction

Bamako (AFP) L'hôtel Radisson Blu de Bamako, théâtre le 20 novembre d'une attaque jihadiste ayant fait 20 morts dont 14 étrangers, a officiellement rouvert mardi, remis à neuf, a constaté un journaliste de l'AFP."C'est une victoire de la vie sur les jihadistes", a estimé le chef de l'Etat malien Ibrahim Boubacar Keïta, qui a visité l'hôtel et présidé la cérémonie de réouverture ayant rassemblé environ une centaine de personnes, dont le propriétaire de l'établissement, Cessé Komé, visiblement ému."Inévitablement, le sentiment dominant est une profonde tristesse.Les événements qui nous ont frappés le 20 novembre dernier ont laissé en chacun de nous des traces indélébiles, des blessures profondes avec lesquelles nous allons devoir apprendre à vivre", a déclaré Gary Ellis, directeur général du Radisson Blu.Les mesures de sécurité ont été renforcées dans ce grand hôtel situé dans le quartier Hamdallaye ACI, dans l'ouest de la capitale malienne: des portiques de sécurité ont notamment été installés et il y a deux fois plus de gardes de sécurité en armes qu'avant l'attaque, revendiquée par deux groupes jihadistes.Les fouilles sont plus strictes qu'auparavant.Un nouveau système relie désormais l'hôtel à un commissariat de police proche, qu'il peut alerter directement en cas de problème. Le 20 novembre, le Radisson Blu a été attaqué par des hommes armés - officiellement au nombre de deux - qui y ont retenu pendant plusieurs heures environ 150 clients et employés. Les forces maliennes, appuyées par des forces spéciales françaises et américaines et des agents de l'ONU, sont intervenues et ont "exfiltré" 133 personnes, selon le ministère malien de la Sécurité intérieure.Bilan: 20 morts dont 14 étrangers, en plus des deux assaillants.L'attentat a été revendiqué par deux groupes jihadistes: le 20 novembre par Al-Mourabitoune de l'Algérien Mokhtar Belmokhtar et le 22 novembre par le Front de libération du Macina (FLM, mouvement jihadiste malien).Parmi les six Maliens tués, figurent trois employés du Radisson Blu (avec deux gardes et un gendarme), qui ont été décorés à titre posthume mardi par le président malien en même temps qu'un responsable de l'hôtel.Leurs photos étaient disposées sur une table dans la salle où s'est déroulée la cérémonie, avec l'inscription: "En mémoire de nos regrettés collègues Hawa Soumaré, Abdoulaye Koné, Hassane Tapily et à toutes les victimes de l'attaque du 20 novembre 2015".A la reprise du travail, le personnel, dont la bravoure a été saluée tant par les autorités que la direction de l'hôtel, semblait partagé entre joie et émotion."Nous pensons à nos trois camarades.Ils nous manquent", a confié Bintou, une serveuse."Nous avons déjà une quinzaine de réservations mais sept clients, dont des Européens, viennent de prendre leurs clés", a dit Mahamane, un réceptionniste."Nous sommes décidés à aller de l'avant".Le hall, le restaurant et des étages de l'hôtel ne gardent plus aucune trace des impacts de balles, début d'incendie et dégâts causés par l'attaque."Nous avons fait le job, en travaillant jour et nuit, pour obtenir ce résultat" et être prêt mardi pour la réouverture de l'hôtel, a indiqué anonymement un expatrié de l'équipe de supervision des travaux de rénovation.Après avoir passé en revue l'hôtel et les nouvelles dispositions prises, un responsable au ministère malien de la Sécurité a commenté: "Aujourd'hui, nous pouvons dire que le Radisson est l'hôtel le plus sécurisé de la capitale malienne".Le 26 novembre, les forces maliennes ont arrêté à Bamako deux hommes soupçonnés d'être liés à l'attentat.Depuis, ils demeurent en détention et aucune nouvelle arrestation n'a été effectuée en lien avec l'enquête, d'après des sources de sécurité.