Mali: les dirigeants arrêtés seront libérés "de façon graduelle" (conseiller Goïta)

Par AFP

AFRICA RADIO

Le président, le Premier ministre et les autres dirigeants de transition maliens arrêtés lundi seront libérés de "façon graduelle", a déclaré mercredi un conseiller du véritable homme fort du pouvoir, le colonel Assimi Goïta, à l'origine de leur arrestation.

S'exprimant devant la presse, Baba Cissé, conseiller d'Assimi Goïta, n'a pas précisé quand seraient libérés le président Bah Ndaw, le Premier ministre Moctar Ouane mais aussi le nouveau ministre de la Défense qu'ils venaient de choisir, ainsi que de hautes personnalités arrêtées en même temps qu'eux.Un certain nombre de partenaires importants du Mali et le Conseil de sécurité de l'ONU ont exigé leur libération immédiate et sans conditions.Baba Cissé a redit que le président et le Premier ministre avaient démissionné, sans qu'on sache dans quelles conditions ils l'ont fait."Après la démission du président et du Premier ministre, les personnes détenues vont recouvrer leur liberté, cela se fera de façon graduelle pour d'évidentes raisons de sécurité", a-t-il déclaré.Assimi Goïta a fait arrêter ces responsables dans ce qui s'apparente à un deuxième coup d'Etat en neuf mois. Baba Cissé a invoqué des "différends profonds tant sur la forme que sur le fond" et des "blocages" auxquels le président de transition se serait livré, par exemple contre la préparation des élections à venir ou l'arrestation de responsables suspects de "mauvaise gestion financière".Il a paru confirmer que les colonels auteurs du putsch d'août 2020 avaient mal pris que le président et le Premier ministre aient écarté deux d'entre eux de postes clés dans le gouvernement qu'ils ont annoncé lundi. Il y a eu "des limogeages ou des changements abusifs" qui pouvaient "avoir comme conséquence la démoralisation des troupes et une certaine rupture dans la chaîne de commandement", a-t-il dit.Il n'a rien dit en revanche sur la gouvernance à venir, alors que les spéculations vont bon train sur l'intention du colonel Goïta d'assumer le rôle de président.