Mali: les rumeurs de "bavure" française font le jeu des jihadistes, selon Paris

Par AFP

AFRICA RADIO

Il n'est "pas anodin" que les rumeurs de bavure entourant une récente frappe de l'armée française au Mali, fermement niées par Paris, interviennent à l'heure où un groupe jihadiste sahélien somme les militaires français de quitter le Sahel, a estimé mardi soir la ministre française des Armées.

Des villageois et une association de défense de l'ethnie peule affirment qu'une frappe aérienne, dont certains assurent qu'elle a été menée par hélicoptère, a tué une vingtaine de personnes lors d'un mariage dans le village de Bounti, dans le centre du Mali, le 3 janvier.Or les autorités françaises et maliennes martèlent que les avions de chasse français ont visé et éliminé une trentaine de jihadistes et qu'il n'y avait ni mariage ni femmes ni enfants.Auditionnée devant la commission Défense de l'Assemblée nationale, la ministre française Florence Parly a réaffirmé que cette frappe "était dirigée contre un groupe armé terroriste (...) affilié à Al Qaïda"."Il n'y a pas eu de dommage collatéral observé. On a entendu parler d'un mariage: il n'y a pas eu de rassemblement festif à l'endroit où la frappe est intervenue", a-t-elle répété. "Ensuite, il y a les rumeurs et elles ont été fort nombreuses sur les réseaux sociaux", a-t-elle déploré, en accusant à demi-mot le groupe jihadiste visé de chercher à manipuler l'opinion publique."Nous savons qu'il existe une sorte de guerre informationnelle" et "il n'est pas totalement innocent que cette sortie médiatique intervienne à un moment où" ce groupe "a communiqué pour expliquer qu'il était temps que les armées françaises quittent le Sahel. Il n'est pas tout à fait anodin que nous ayons pu lire qu'il pouvait s'agir d'une bavure", a-t-elle souligné. "Je récuse absolument l'idée que les armées aient pu le 3 janvier occasionner ce dont elles ont été accusées", a-t-elle insisté.Une enquête a été ouverte par la Mission de l'ONU au Mali (Minusma).Les armées françaises comptent actuellement 5.100 hommes au Sahel aux côtés des armées du G5 Sahel (Mauritanie, Mali, Tchad, Burkina Faso, Niger). La France, qui étudie une réduction de ses effectifs et une évolution de son opération antijihadiste Barkhane, devrait annoncer le rappel de quelque 600 hommes mi-février lors d'un sommet à N'Djamena.