Mali: une frappe française a tué 19 civils en janvier, selon une enquête de l'ONU

Par AFP

AFRICA RADIO

Une enquête de l'ONU conclut qu'une frappe aérienne conduite par l'armée française au Mali en janvier a tué 19 civils réunis pour célébrer un mariage, et pas seulement des jihadistes, comme Paris a persisté à le dire mardi.

Le rapport publié mardi par la Mission de l'Onu au Mali (Minusma) constitue la plus grave mise en cause d'une opération de la force antijihadiste Barkhane par les Nations unies depuis le début de l'engagement français au Sahel en 2013.

Le ministère français des Armées a de nouveau réfuté toute bavure.Il "maintient avec constance et réaffirme avec force" que "le 3 janvier, les forces armées françaises ont effectué une frappe aérienne ciblant un groupe armé terroriste identifié comme tel" près de Bounti (centre).Il "émet de nombreuses réserves quant à la méthodologie retenue" et "ne peut considérer que ce rapport apporte une quelconque preuve" contredisant sa version.

Le rapport, rédigé à partir des investigations de la Division des droits de l'Homme de la Minusma appuyée par la police scientifique de l'ONU, indique au contraire que le groupe touché "était très majoritairement composé de civils qui sont des personnes protégées contre les attaques au regard du droit international humanitaire".

Une centaine d'hommes, des civils, étaient réunis à l'ombre des arbres pour célébrer un mariage qui avait eu lieu la veille dans les parages, séparément des femmes et des enfants selon la tradition locale, dit le rapport, qui s'appuie sur des dizaines d'entretiens.

Parmi eux "se trouvaient cinq personnes armées, membres présumés de la katiba Serma", appartenant au Groupe de soutien à l'islam et aux musulmans (GSIM, ou Jnim en arabe), alliance jihadiste elle-même affiliée à Al-Qaïda.

- "Préoccupations importantes" -

Cette région aride de forêts clairsemées et de brousses surplombées d'un impressionnant massif rocheux est une zone d'activité et de refuge pour des groupes liés au Jnim mais aussi des jihadistes rivaux affiliés au groupe Etat islamique (EI).

Le secteur, ainsi que le Burkina Faso et le Niger voisins, étaient à l'époque le théâtre d'une vaste opération antijihadiste, Eclipse, menée par Barkhane et ses partenaires locaux.

Cinq soldats français venaient d'être tués au Mali entre fin décembre et début janvier.

Au moins 22 personnes ont été tuées dans la frappe de Bounti, dont trois membres présumés de la katiba Serma; 19 sur le coup, 3 au cours de leur évacuation, dit la Minusma.

Les autorités françaises ont toujours assuré qu'il n'y avait pas de mariage, que le renseignement avait "formellement" établi qu'il s'agissait d'un rassemblement de jihadistes et que l'intervention d'une patrouille d'avions français lâchant trois bombes avait "neutralisé" une trentaine de jihadistes.

En revanche, pour l'ONU le rapport "soulève des préoccupations très importantes sur le respect de la conduite des hostilités", a déclaré le porte-parole du secrétaire général Antonio Guterres, Stéphane Dujarric, en réponse à une question sur la réaction de M. Guterres.

Ces préoccupations portent aussi sur "l'obligation des États membres de tout faire pour vérifier que les cibles sont bien des objectifs militaires", a ajouté le porte-parole.

La Minusma invoque les principes de protection des civils pour dire que la présence de membres d'un groupe armé ne suffisait pas pour y assimiler les autres participants.En outre, si, comme le dit l'armée française, il s'agissait d'un groupe jihadiste, "il apparaît difficile d'exclure la présence de civils dans le groupe d'hommes en si peu de temps".

Les experts de l'ONU qui se sont rendus sur place n'ont trouvé aucune trace d'armes ou de motos, moyen de déplacement privilégié des jihadistes, dit-elle.

- "Guerre informationnelle" -

Depuis des rébellions indépendantiste puis jihadiste en 2012 dans le Nord, le Mali est en proie à une tourmente multiforme qui a fait des milliers de morts, civils et combattants, et des centaines de milliers de déplacés, malgré l'intervention de forces de l'ONU, africaines et françaises.

La France, qui engage environ 5.100 hommes au sein de Barkhane, a déjà été en butte à des soupçons de bavure, mais jamais encore à un rapport aussi circonstancié de l'ONU.

L'accès à l'information est extrêmement difficile dans une zone aussi reculée et dangereuse.Aucune image n'a été diffusée de la frappe.Les forces françaises n'avaient pas immédiatement réagi en janvier aux premières mises en cause et aux premières déclarations de villageois.

La ministre française des Armées Florence Parly a parlé de "guerre informationnelle" que livreraient les groupes jihadistes.Les autorités maliennes avaient fourni des évènements une version cohérente avec celle de la France.

Mais plusieurs ONG réclamaient une enquête indépendante.

La Minusma "recommande" aux autorités maliennes et françaises de mener une telle enquête, de rechercher les responsabilités et d'octroyer le cas échéant une réparation aux victimes et à leurs proches.

La frappe "soulève de sérieuses inquiétudes quant au fait que l'attaque était illégalement disproportionnée", a jugé Jonathan Pedneault, chercheur auprès de Human Rights Watch (HRW), lui aussi favorable à une "enquête complète et impartiale".