Mandela: Obama salue "un géant de l'histoire", Ban Ki-moon sa capacité d'unir

Par La rédaction

Soweto (Afrique du Sud) (AFP)

Le président américain Barack Obama a salué en Nelson Mandela "un géant de l'histoire", lors de la cérémonie d'hommage officielle au père de la Nation arc-en-ciel mardi à Soweto.

"C'est difficile de faire l'éloge de n'importe quel homme (...) mais c'est encore plus difficile pour un géant de l'histoire qui a mené une Nation vers la justice", a déclaré Barack Obama, chaleureusement applaudi à son arrivée sur l'estrade.

Il a également dénoncé des dirigeants qui se disent "solidaires" avec Mandela mais ne tolèrent pas d'opposition.

Même dans la mort, Nelson Mandela a réussi à "unir" des dirigeants aux opinions différentes, a souligné mardi le secrétaire général de l'ONU lors de l'hommage au héros universel de la réconciliation. 

Le premier président noir d'Afrique du Sud, décédé jeudi, "détestait la haine", a rappelé Ban Ki-moon lors d'une cérémonie à Soweto."Il a montré la force puissante du pardon, et sa capacité à unir les gens", a-t-il poursuivi.Et aujourd'hui, "il l'a refait"."Regardez ce stade: nous voyons des dirigeants qui représentent de nombreuses opinions et des gens de toutes les classes sociales.Ils sont tous là unis", a constaté M. Ban.

Une centaine de chefs d'Etat et de gouvernement se trouvaient dans les tribunes du stade Soccer City de Soweto, venus des Etats-Unis, de Chine, de Cuba, d'Afghanistan ou encore des Territoires palestiniens.Les présidents américain Barack Obama et cubain Raul Castro devaient notamment prendre la parole un peu plus tard.

"Nelson Mandela nous a montré le chemin avec un c�?ur plus grand que ce stade et un sourire contagieux qui (...) a éclairé le monde", a ajouté le secrétaire général de l'ONU."Ce stade contient des dizaines de milliers de personnes.Mais même une arène grande comme l'Afrique ne suffirait pas à contenir notre douleur." 

"L'Afrique du Sud a perdu un héros, un père, le monde a perdu un ami cher et un mentor", a-t-il encore dit avant de conclure en xhosa, la langue maternelle de Mandela: Lala ngoxolo (repose en paix) tutwini (mes condoléances), et ndiyabulela (merci).