Maroc: Une ONG veut l'inscription de l'égalité homme-femme dans la constitution

8 mars 2011 à 13h04 par La rédaction

RABAT (AFP)

Une ONG marocaine a appelé mardi à inscrire l'égalité homme-femme dans la constitution et rendre effective les dispositions du code de la famille, réformé en 2004 par le roi Mohammed VI, mais dont l'application souffre de "difficultés liées aux mentalités".

"Il faut inscrire dans la constitution le principe d'égalité homme-femme, par rapport à tous les droits, et le principe de primauté des conventions internationales sur la norme nationale", dit un communiqué de l'Organisation marocaine des droits de l'homme (OMDH).

"L'application des textes juridiques relatifs aux conditions de la femme souffrent de difficultés liées surtout aux mentalités", a déclaré à l'AFP Amina Bouayach, présidente de l'OMDH.

"Les mentalités au Maroc ne suivent pas toujours les changements de la loi", a-t-elle précisé, en allusion aux difficultés qui caractérisent notamment l'application du code la famille.

Ce dernier, entré en vigueur en 2004, est beaucoup plus avancé que le texte précédent.Il porte à 18 ans au lieu de 15 ans l'âge légal du mariage des femmes, sauf dans des cas exceptionnels soumis à l'appréciation du juge.

"Il faut veiller à l'effectivité des dispositions légales du code de la famille, particulièrement en ce qui concerne les mariages précoces et le versement de la pension alimentaire aux mères assurant la garde des enfants", selon l'OMDH.

"Certains mariages de mineures sont conclus par simple lecture" du Coran et concernent "des filles de 13 ou 14 ans", avait précisé en novembre le ministre marocain de la Justice Mohamed Naciri.

Près de 42.000 demandes de mariage de filles mineures ont été déposées au ministère de la Justice en 2009.Elles émanent pour la plupart du milieu rural, selon les autorités marocaines.