Mauritanie: deux membres présumés d'Aqmi en fuite vers le Sénégal

3 février 2011 à 18h51 par La rédaction

NOUAKCHOTT (AFP)

La gendarmerie mauritanienne recherchait jeudi deux membres présumés d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) en fuite vers le Sénégal après avoir participé la veille à l'attentat à la voiture piégée déjoué à Nouakchott par l'armée, a affirmé à l'AFP un responsable de la sécurité.

"Les deux hommes ont été repérés à El-Bezzoule, dans le Trarza (sud), et ont été attaqués par un véhicule de la gendarmerie", a indiqué cette source.

"Ces deux membres d'Aqmi ont donné l'impression de fuir à l'approche des gendarmes mais après un petit moment, ils se sont retournés contre leurs poursuivants et en ont blessé au moins un" avant de continuer leur cavale, a indiqué la même source.

Des renforts ont été dépêchés dans la région du Trarza pour retrouver les fuyards qui se terrent dans une forêt de la vallée du fleuve Sénégal et chercheraient à traverser vers le Sénégal voisin, selon cette source.

Des informations de presse citant des témoins précisent qu'un gendarme blessé lors de cet incident serait mort et que son arme a été récupérée par les assaillants.

L'armée mauritanienne a annoncé avoir déjoué mercredi une tentative d'attentat à Nouakchott revendiquée par Aqmi qui a affirmé qu'elle visait à assassiner le président mauritanien Mohamed Ould Abdel Aziz.

L'armée a fait sauter un véhicule bourré d'explosifs à 12 km au sud de Nouakchott, tuant les trois occupants, tandis que huit soldats, qui se trouvaient à proximité ont été légèrement blessés.

Un Bissau-guinéen, élève d'une école coranique de 29 ans arrêté mardi en Mauritanie et ayant participé à la préparation de ces attentats, selon un responsable mauritanien de la sécurité, a affirmé qu'une caserne militaire à Nouakchott et l'ambassade de France faisaient partie des cibles.

La France a salué jeudi l'efficacité des forces de sécurité de Mauritanie.

"Un attentat à l'explosif a été déjoué par les forces mauritaniennes mercredi.Nous saluons l'efficacité de leur action" et "la détermination des autorités mauritaniennes" face au risque terroriste, a déclaré le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Bernard Valero.

"L'enquête est en cours, et nous suivons de très près son évolution.Nous n'excluons pas qu'à côté des bâtiments officiels mauritaniens, aient pu figurer comme objectifs des terroristes des implantations françaises", a ajouté le porte-parole en réponse à une question lors d'un point-presse.

Ces projets d'attentats traduisent "la pression continue du terrorisme au Sahel", a ajouté Bernard Valero en indiquant "qu'une stratégie de l'Europe au Sahel serait présentée dans les prochains jours".

La chef de la diplomatie française, Michèle Alliot-Marie "a demandé que cette stratégie Union européenne/Sahel soit mise en oeuvre au plus vite, avec un volet développement, mais aussi, une action de sécurité et d'appui à la gouvernance", a-t-il précisé.

Ce sujet sera à l'ordre du jour d'un entretien ce jeudi à Paris entre la ministre et la chef de la diplomatie européenne, Catherine Ashton, a enfin indiqué le porte-parole.