Migrations irrégulières: Rome et Tunis vont renforcer leur coopération

Par AFP

AFRICA RADIO

La ministre italienne de l'Intérieur Luciana Lamorgese a annoncé lors d'une visite à Tunis la création d'un canal d'échanges directs entre Tunis et Rome afin de coordonner la lutte contre les migrations irrégulières, après des pics d'arrivées à Lampedusa.

Mme Lamorgese et la commissaire européenne aux Affaires intérieures Ylva Johansson ont proposé des aides économiques à la Tunisie qui peine à rembourser ses dettes, en échange d'un effort de Tunis accru pour empêcher les migrants d'arriver en Europe."L'Italie a eu la confirmation de la volonté (de la Tunisie NDLR) d'instaurer une ligne directe entre nos deux pays pour échanger des informations" sur les départs irréguliers, a-t-elle déclaré après une rencontre avec le chef du gouvernement Hichem Mechichi, qui est aussi ministre de l'Intérieur par intérim. En outre, "les autorités tunisiennes ont accepté plus de flexibilité dans les règles de rapatriements" de personnes arrivées irrégulièrement en Italie, selon un communiqué du ministère italien de l'Intérieur. "Nous avons obtenu des résultats politiques très encourageants après nos discussions aujourd'hui", a estimé de son côté la commissaire européenne Johansson, saluant la mise en place de cette "hotline".L'Union européenne se réjouit "de coopérer sur des investissements qui aideront la Tunisie à faire face aux conséquences économiques de la pandémie (...) en créant de nouvelles opportunités d'emploi, de l'espoir pour les jeunes", a-t-elle déclaré.L'objectif est aussi "une situation gagnant-gagnant, développer une approche globale de gestion de la migration ensemble, à la fois la migration légale et la lutte contre la migration irrégulière," a-t-elle ajouté.Marasme économique, hausse du chômage en raison de la pandémie, crise politique: les départs de Tunisie vers les côtes européennes ont atteint en 2020 un pic inédit depuis 2011.Plus de 13.350 personnes sont arrivées sur les côtes italiennes depuis janvier, soit trois fois plus qu'à la même époque en 2020, selon le ministère italien de l'Intérieur. Parmi elles, 15% sont des Tunisiens, qui constituent la principale nationalité arrivée par la mer.