Mozambique: l'Eglise appelle à intervenir contre les violences dans le nord

Par AFP

AFRICA RADIO

Des dizaines d'églises incendiées, des missionnaires obligés de fuir: l'Eglise catholique au Mozambique a appelé le gouvernement à intervenir d'urgence dans la région de Cabo Delgado, en proie à une récente montée des violences liées à l'insurrection jihadiste qui ravage le nord du pays.

"La situation empire, c'est instable (...) il se passe des choses plus graves chaque jour", ont alerté les évêques mozambicains lors d'une conférence de presse vendredi soir à Maputo. "L'intervention du gouvernement est urgente".Zone stratégique riche en gaz naturel, à majorité musulmane, le district de Cabo Delgado est en proie depuis trois ans à une sanglante insurrection jihadiste qui a fait au moins 2.100 victimes, selon l'ONG ACLED présente sur le terrain, et plus de 435.000 déplacés selon le gouvernement.Depuis la prise de la ville portuaire stratégique de Mocimboa da Praia en août, les insurgés ont intensifié leurs attaques notamment contre la tribu Makondé, majoritairement chrétienne ou non musulmane. Ces dernières semaines, plusieurs villages ont été attaqués, des dizaines de civils décapités ou kidnappés, dont des enfants et des femmes.Les corps mutilés de quinze adolescents qui participaient à un rituel d'initiation ont été retrouvés la semaine dernière. Selon certaines informations, d'autres attaques auraient eu lieu, mais elles n'ont pas été confirmées. Le secrétaire général des Nations unies, António Guterres, s'est dit "choqué" par ces nouvelles violences, exhortant les autorités mozambicaines à enquêter et traduire les auteurs en justice. Le président français Emmanuel Macron a également réagi sur Twitter, affirmant que "le terrorisme islamiste est une menace internationale qui appelle une réponse internationale". "Ces attaques sont un affront clair à l'indépendance nationale, à l'intégrité territoriale et à la paix, remportées par le peuple mozambicain avec beaucoup de sacrifices", a déclaré vendredi le président mozambicain Filipe Nyusi, en marge d'une cérémonie.