Mozambique: le Frelimo compte sur les observateurs pour valider les élections

Par La rédaction

Maputo (AFP)

Le parti Frelimo au pouvoir au Mozambique, accusé de fraude électorale par l'opposition, a répondu vendredi qu'il s'en remettait aux observateurs impartiaux pour valider les élections présidentielle et législatives tenues mercredi.

"Les observateurs nationaux et internationaux étaient là et ont observé le processus.Ils seront en mesure de dire si ce qu'avance la Renamo est vrai ou non", a déclaré vendredi à l'AFP le porte-parole du Frelimo, Damiao Jose.

Jeudi, la Renamo, ex-guérilla et principal parti d'opposition qui conserve encore des troupes armées, a annoncé qu'elle rejetait par avance les résultats de la présidentielle et des législatives, que le Frelimo semblait en passe de remporter largement avec plus de 60% des suffrages.

La Renamo, qui affirme avoir gagné les élections, dénonce "de graves irrégularités", dont des électeurs qui ont voté deux fois et des bourrages d'urnes.

La Communauté d'Afrique australe (SADC), qui a toujours validé les élections régionales ces dernières années, y compris les plus contestées, a jugé vendredi le scrutin "généralement pacifique, transparent, libre, honnête et crédible".

"Nous avons noté quelques irrégularités, mais je dirais que dans l'ensemble, jusqu'au moment de la clôture, cela s'est bien passé.C'était calme", avait déclaré la veille la responsable des observateurs de l'Union européenne, Judith Sargentini.

Selon des résultats portant sur environ un quart des bureaux de vote, Filipe Nyusi, le candidat du Frelimo, parti au pouvoir depuis l'indépendance en 1975, est en tête avec 63% des voix.Loin des 75% engrangés par son prédécesseur Armando Guebuza à la présidentielle de 2009.

Nyusi devance le chef de la Renamo, l'ex-guérillero Afonso Dhlakama, crédité d'environ 30% des voix, et le candidat du MDM, un parti de création récente, Daviz Simango (7,5%).