Naomi Campbell a reçu des diamants promis par Charles Taylor, selon son ex-agent

Par La rédaction

LA HAYE (AFP)

L'ex-agent de Naomi Campbell a affirmé lundi devant le Tribunal spécial pour la Sierra Leone (TSSL) que le mannequin a reçu en 1997 des diamants que lui avait promis Charles Taylor, jugé pour crimes de guerre et crimes contre l'humanité.

Deux hommes sont arrivés au milieu de la nuit, "ont sorti un papier miteux et l'ont donné à Mme Campbell et ont dit : +voici les diamants+" a déclaré Carole White, l'ex-agent du mannequin.Elle a précisé avoir vu "cinq ou six diamants, je crois".

"Elle me les a montré, elle était assez déçue car ils n'étaient pas brillants", a ajouté Mme White, soutenant que Charles Taylor avait promis au mannequin lors d'un dîner plus tôt dans la soirée de lui faire porter des diamants, contredisant ainsi le témoignage du mannequin britannique.

Naomi Campbell avait affirmé jeudi aux juges de l'ex-président libérien ignorer qui lui avait offert les diamants bruts, qu'elle avait décrit comme "des pierres à l'aspect sale", reçus en pleine nuit après un dîner de bienfaisance organisé par l'ex-président sud-africain Nelson Mandela et auquel participait aussi Carole White.

"Elle (Campbell) était très excitée et m'a dit : +Il (Taylor) va me donner des diamants+", a assuré Mme White en évoquant un échange au cours du dîner avec sa cliente de l'époque.

M. Taylor, entre temps, "montrait son accord sur le fait qu'il y avait quelque chose, que des diamants allaient être offerts en cadeau.Il approuvait en oscillant la tête et en souriant", a ajouté Carole White, précisant que le mannequin et l'ex-président libérien avaient "légèrement flirté" durant le dîner.

A la fin du dîner, Naomi Campbell, Charles Taylor et deux autres hommes "parlaient de la manière de faire parvenir les diamants à Naomi", a-t-elle poursuivi.

L'actrice Mia Farrow, également présente au dîner avait, lors de son témoignage plus tôt dans la journée, affirmé aux juges que Naomi Campbell avait dit, lors du petit déjeuner du lendemain, avoir reçu "un énorme diamant" de la part de l'ex-président libérien.

M. Taylor, dont le procès s'est ouvert en janvier 2008, est accusé d'avoir dirigé en sous-main les rebelles du RUF pendant la guerre civile en Sierra Leone (1991-2001) qui a fait 120.000 morts, leur fournissant armes et munitions en échange de diamants.