Naomi Campbell affirme n'avoir "rien à gagner" au procès Taylor

Par La rédaction

LONDRES (AFP)

Le mannequin Naomi Campbell a affirmé mardi dans un communiqué n'avoir "rien à gagner" au procès de l'ex-président libérien Charles Taylor, où elle a témoigné jeudi, alors que son ex-agent et l'actrice Mia Farrow ont contredit sa version.

"Je n'ai absolument aucun mobile dans cette affaire.Je n'ai rien à gagner.Je suis une femme noire qui a soutenu et qui soutiendra toujours les bonnes causes, en particulier en ce qui concerne l'Afrique", a expliqué le mannequin dans un communiqué diffusé mardi soir par la société de relations publiques Outside Organisation à Londres.

Son communiqué souligne que les événements se sont déroulés il y a treize ans et qu'il "n'est pas surprenant que les souvenirs de certaines personnes sur ce qu'il s'est passé soient vagues".

"Cela étant dit, il est clairement apparu que les versions des événements de Naomi et de Mia sont très similaires", a poursuivi le communiqué.

"Quels que soient les souvenirs des personnes, il est incontestable et cela a été confirmé par tous les témoins concernés que Naomi a remis les diamants à la première opportunité possible pour qu'ils bénéficient à l'organisation caritative sud-africaine", a-t-il relevé.

Naomi Campbell, 40 ans, a témoigné jeudi devant le Tribunal spécial pour la Sierra Leone (TSSL) dans le procès de Charles Taylor pour s'expliquer sur des diamants que lui aurait offert l'ex-président libérien en 1997 après un dîner organisé en Afrique du Sud par le président sud-africain de l'époque Nelson Mandela.

Le mannequin britannique a affirmé jeudi ignorer qui lui avait offert "deux ou trois" diamants bruts, qu'elle a décrits comme "des pierres ayant un aspect sale", reçus en pleine nuit après le dîner.

"Naomi n'était pas jugée à La Haye et elle a aidé le tribunal autant que cela lui a été possible", a relevé le communiqué diffusé mardi soir."Ces événements se sont passés il y a treize ans, longtemps avant que les présumées actions répréhensibles de Taylor ne soient connues".

L'accusation comptait sur son témoignage pour démontrer que Charles Taylor, 62 ans, a menti en affirmant ne jamais avoir possédé de diamants bruts reçus des rebelles sierra-léonais du Front révolutionnaire uni (RUF).Il était venu "vendre ou échanger des armes contre des diamants" en Afrique du Sud en septembre 1997, selon elle.

L'actrice américaine Mia Farrow, 65 ans, a soutenu lundi que Naomi Campbell lui avait dit, au lendemain du dîner, avoir reçu un "énorme diamant" de l'ancien président libérien.

Carole White, l'ex-agent du top-model, a de son côté assuré aux juges avoir vu son ancienne cliente se faire remettre "cinq ou six diamants" la nuit suivant le dîner au cours duquel Charles Taylor avait promis de lui en offrir.

L'ancien président libérien plaide non coupable de onze crimes, notamment de meurtres, de viols et d'enrôlement d'enfants soldats pendant la guerre civile en Sierra Leone, qui a fait 120.000 morts.