Niger: d'ex-membres de Boko Haram achèvent leur déradicalisation

Par AFP

AFRICA RADIO

Trente-huit anciens membres du groupe jihadiste Boko Haram ont achevé jeudi dans le sud-est du Niger, proche du Nigeria, un programme de déradicalisation et de formation professionnelle, a appris vendredi l'AFP auprès des autorités locales.

Une cérémonie officielle marquant la fin de cette formation des 38 ex-combattants de Boko Haram, dont trois femmes, s'est déroulée à Goudoumaria, une localité qui abrite un Centre des repentis depuis 2017."Nous sommes là pour vous assister, pour vous permettre la réinsertion afin que vous puissiez retrouver votre place au sein des communautés et que tout cela (l'épisode Boko Haram) relève du passé", a déclaré à la radio Issa Lémine, gouverneur de Diffa, grande ville du sud-est du Niger, qui s'adressait au groupe de repentis, tous des Nigériens.Ces repentis en fin de formation ont reçu chacun des outils pour monter leurs propres ateliers en mécanique, plomberie, menuiserie, couture ou soudure. En plus de la formation professionnelle, ils ont reçu une "formation religieuse" sur "la pratique de l'islam modéré", a indiqué l'élu.Pour prouver qu'ils ne "verseront plus dans la violence", les repentis ont collectivement prêté serment sur le Coran, a-t-il expliqué.Parallèlement aux opérations militaires menées contre les jihadistes, les autorités du Niger ont "tendu la main" aux combattants de Boko Haram, promettant "une amnistie" à ceux qui se repentiront.Le mouvement de reddition a débuté fin décembre 2016 et, au total, plus de 240 ex-éléments de Boko Haram, dont des femmes et des enfants, sont hébergés à Goudoumaria après s'être rendus aux autorités.En décembre 2019, une première vague de 110 anciens du groupe jihadiste, dont 47 Nigérians, était sortie du Centre des repentis de Goudoumaria.Boko Haram et l'Etat islamique en Afrique de l'Ouest (ISWAP, branche dissidente de Boko Haram) ont revendiqué de nombreuses attaques meurtrières depuis 2015 contre des cibles militaires et civiles dans la région de Diffa, riveraine du lac Tchad où les jihadistes ont établi des bases sur des îlots marécageux à la frontière entre le Nigeria, le Tchad, le Niger et le Cameroun. Quatre soldats ont été tués samedi dans une double attaque "terroriste" près de Diffa frontalier du Nigeria, selon un bilan du ministère de la Défense. Un cinquième soldat était porté disparu.