Niger: début du procès du trafic des bébés impliquant un opposant

Par La rédaction

Niamey (AFP)

Le procès de l'ex-président du Parlement du Niger et opposant Hama Amadou, en fuite, et d'une vingtaine de personnes dont son épouse, pour un présumé trafic international de bébés s'est ouvert vendredi à Niamey.

M. Amadou, principal opposant au chef de l'Etat Mahamadou Issoufou, avait fui le Niger fin août après l'autorisation par les députés de son audition par la justice dans cette affaire de trafic de bébés entre le Nigeria, le Bénin et le Niger.Il est actuellement en France.

L'ex-président du Parlement, son épouse et la vingtaine de prévenus qui comparaissent libres, - issus des milieux politiques, économiques ou militaires nigériens - impliqués sont notamment poursuivis pour "supposition d'enfant", un délit qui consiste à attribuer la maternité d'un enfant à une femme qui ne l'a pas mis au monde.

"Tout le monde est là sauf Hama Amadou", a indiqué un avocat de la défense au juge.

Mme Hadiza Amadou a pris place dans le box accusés, les yeux dissimulés derrière des lunettes de soleil.A ses côtés, le ministre de l'Agriculture, Abdou Labo, et son épouse, et un colonel d'armée et son épouse.

Le palais de justice de Niamey a été placé sous haute surveillance, tout le périmètre a été bouclé par la police qui filtre les entrées.

Débutée peu après 9 heures, l'audience a été interrompue pour une heure, la dizaine d'avocats de la défense, ayant soulevé des objections, notamment sur l'incompétence du juge pénal à juger au fond l'affaire.

"La question d'affiliation des enfants doit d'abord être purgée et cela relève du tribunal civil et non pénal", a lancé Me Souley Oumarou, l'un des avocats de Hama Amadou et son épouse.

Le présumé délit de supposition d'enfant a été commis au Nigeria."Est-ce que vous avez, M. le juge, une décision de justice devenue définitive d'une juridiction du Nigeria comme le prévoit la loi?", a interrogé Me Mossi Boubacar, un autre avocat de la défense."Il n'y a pas de victime, il n'y a pas de plaignants, même le Nigeria n'a pas porté plainte", a soutenu Me Ouamarou. 

Un mandat d'arrêt a été émis fin septembre à l'encontre de Hama Amadou.Le Parlement a élu en décembre un ex-opposant, Amadou Salifou, pour le remplacer.

"Si à l'issue du procès Hama Amadou est condamné, alors il devra se livrer à la justice nigérienne, sans quoi nous formulerons une demande d'extradition", a expliqué récemment Hassoumi Massaoudou, le ministre nigérien de l'Intérieur.