Niger: le trafic routier interrompu par de fortes pluies sur la nationale 1

Par AFP

AFRICA RADIO

Le trafic routier est interrompu depuis trois jours au Niger sur la nationale 1, la principale route du pays, après des dommages causés par des fortes pluies, a-t-on appris auprès des autorités et d'habitants.

"Le trafic est quasiment interrompu depuis lundi" sur cet axe reliant Niamey aux six autres régions du pays, a expliqué mercredi à l'AFP un responsable municipal de la région de Dosso (sud-ouest) qui abrite la portion de route sinistrée, à deux heures de route de la capitale.La nationale 1 relie également Niamey au Bénin et au Nigeria, d'où provient l'essentiel du fret nigérien.Cent-six millimètres de pluies sont tombés en quelques heures dimanche dans la zone, selon les services de la météorologie. La télévision publique a diffusé mardi soir des images de longues files de gros porteurs chargés de marchandises, de bus de passagers et de voitures de particuliers qui attendent le rétablissement du trafic."Les eaux ne peuvent plus s'évacuer rapidement (par les canaux habituels) alors elles ont inondé la route qui ne sera pas praticable avant quelques jours", a prévenu le ministre nigérien de l'Equipement Kadi Abdoulaye. Il envisage la construction de "déviations" pour permettre une reprise partielle du trafic."Tout est vraiment bloqué. On peut vite ériger un pont mobile pour rétablir le trafic", a proposé mercredi Chaïbou Tchombiano, secrétaire général du Syndicat des commerçants importateurs, exportateurs et grossistes du Niger qui venait de visiter des camionneurs bloqués."Les eaux de ruissellement affluent toujours des vallées et collines environnantes pour bloquer la route", a constaté mercredi le responsable municipal de Dosso.Plusieurs quartiers de Birni N'Gaouré, une commune de 70.000 habitants située à proximité du sinistre, "sont gravement menacés par les eaux", selon ses autorités. Des torrents ont provoqué des glissements de terrain, emportant des digues sur lesquelles ont été posés des rails du chemin de fer censé relier le Niger au Bénin mais dont les travaux entrepris par le groupe français Bolloré ont été suspendus en raison d'un contentieux.Les fortes pluies qui s'abattent depuis juin sur le Niger, Etat sahélien pauvre, ont fait neuf morts et plus de 20.000 sinistrés, selon un bilan officiel fin juillet. Plus de 300.000 personnes sont menacées cette année par la crue du fleuve Niger et les eaux de ruissellement à travers le pays, selon les autorités.La saison des pluies, débutée en juin et qui dure habituellement trois mois, bat actuellement son plein au Niger. En 2019, les inondations avaient fait 57 morts et plus de 200.000 sinistrés, selon les autorités.bh/de/thm