Niger: retour de 26.000 déplacés dans le sud-est

30 juillet 2021 à 15h08 par AFP

AFRICA RADIO

Plus de 26.000 personnes qui avaient fui en 2015 des attaques jihadistes dans le sud-est du Niger ont été reconduites dans leur localité d'origine, dans la région de Diffa, ont indiqué vendredi les autorités locales.


"Ce sont 26.573 personnes issues de 8.190 ménages qui ont été déjà acheminées dans 19 villages au terme de la première phase des opérations de retour des déplacés", a indiqué à l'AFP un responsable du gouvernorat de la région de Diffa.Cette région, frontalière du Nigeria abrite 300.000 réfugiés nigérians et déplacés internes, chassés par les exactions des jihadistes du groupe nigérian Boko Haram et de sa branche dissidente du groupe Etat islamique en Afrique de l'Ouest (Iswap), selon l'ONU. La télévision publique nigérienne a montré jeudi soir les images de la dernière vague bouclant cette première phase, de 11.733 personnes en route pour leur localité d'origine à bord de camions affrétés par les autorités.Ces déplacés avaient trouvé refuge dans des sites autour de villages plus sécurisés, des camps onusiens ou encore chez des proches à travers toute la région. Lancée le 20 juin, cette première phase de retour volontaire concerne des villages riverains de la route nationale numéro 1 "où la situation sécuritaire est déjà favorable" au retour des habitants, avait indiqué début juillet le président Mohamed Bazoum lors d'un séjour à Diffa.D'autres opérations seront programmées afin de reconduire tous les déplacés dans leur village "d'ici décembre 2021", avait expliqué Mohamed Bazoum.Le gouvernement a notamment fourni une assistance alimentaire, des abris et des moustiquaires - pour lutter contre le paludisme - aux populations de retour dans leurs villages.Il a également promis de réhabiliter les centres de santé, les systèmes de distribution d'eau potable et les écoles délabrés après le départ des habitants.Le Niger et le gouverneur de la région nigériane du Borno, particulièrement frappée par les attaques, ont trouvé un accord pour le rapatriement de 130.000 Nigérians réfugiés au Niger à partir des mois de novembre ou décembre, a déclaré le 9 juillet le président Bazoum.M. Bazoum a annoncé de nouvelles opérations militaires pour "nettoyer" des villages où se trouvent des jihadistes, qui ont "élargi" leur champ d'action dans le sud-est du pays.