Nigeria: 1.200 déplacés de Boko Haram rentrent chez eux

5 avril 2018 à 11h21 par AFP

AFRICA RADIO

Plus de 1.000 civils déplacés par le conflit de Boko Haram dans le nord-est du Nigeria sont rentrés à Bama cette semaine, quatre ans après la destruction de la ville par les jihadistes, selon les autorités de l'Etat du Borno.

Les autorités nigérianes ont mis en place un vaste programme de reconstruction des localités dévastées par l'insurrection qui a fait au moins 20.000 morts et 2,6 millions de déplacés dans le nord-est depuis 2009."Nous avons amené en deux groupes 1.200 personnes à Bama, lundi et aujourd'hui (jeudi) dans le cadre du retour progressif des habitants de la ville qui avaient fui après l'invasion de Boko Haram en 2014", a déclaré à l'AFP le ministre de l'Information du Borno, Mohammed Bulama. "Nous voulons faire revenir plus de 100.000 personnes à Bama dans les mois à venir", dans le cadre du programme de "reconstruction, réinstallation et réhabilitation" organisé par l'Etat du Borno, le plus touché par le conflit, a-t-il ajouté.Les "retournés" ont été minutieusement contrôlés avant de se voir remettre un badge et de monter à bord de camions escortés par l'armée jusqu'à Bama, a expliqué l'un d'eux, Umar Bukar.Chacun a ensuite reçu un sac de riz, un sac de mil ainsi que 10.000 nairas (22,7 euros) en espèces pour pouvoir "démarrer une nouvelle vie", a expliqué M. Bukar.Les jihadistes s'étaient emparé en septembre 2014 de Bama, carrefour commercial stratégiquement situé près de la frontière avec le Cameroun, et deuxième agglomération de l'Etat du Borno avec près de 270.000 habitants.La plupart des habitants avaient fui à Maiduguri, la capitale régionale, et n'étaient pas rentrés même après la reprise de la ville par l'armée en mars 2015, en raison de l'insécurité persistante et des dommages causés par les insurgés. Détruite à 85%, Bama est devenue le symbole de la destruction à grande échelle orchestrée par le groupe islamiste.Les autorités du Borno ont estimé qu'il faudrait 40 milliards de nairas (94 millions d'euros) pour reconstruire la ville, un chiffre exorbitant dans cette région très pauvre dévastée par des années de guerre.Fin mars, le président du comité de transition et de relogement du Borno, Abba Jato Mohammed, avait affirmé que 11.000 foyers avaient déjà été reconstruits à Bama.