Nigeria: 4 soldats tués, l'armée repousse une série d'attaques de Boko Haram

Par AFP

AFRICA RADIO

Quatre soldats ont été tués au cours du weekend dans une série d'attaques de Boko Haram dans le nord-est du Nigeria, ont déclaré lundi des sources militaires, alors que l'armée se félicitait d'avoir repoussé les jihadistes.

L'armée a affirmé dans un communiqué avoir "réussi à vaincre les terroristes de Boko Haram" qui tentaient dimanche d'attaquer une base militaire à Buni Yadi, dans l'État de Yobe (nord-est). Deus sources militaires, sous couvert d'anonymat, ont toutefois déclaré à l'AFP que quatre soldats avaient également été tués à Buni Yadi au cours de combats "intenses" avec un support aérien contre les insurgés. Samedi, selon le communiqué officiel, des soldats "ont infligé des pertes très importantes en hommes et en équipements" au groupe, tuant cinq combattants dans la région de Baga, dans l'État de Borno, sur les rives du lac Tchad. Deux combattants islamistes ont également été tués au cours d'opérations dans le district de Mafa (Borno), selon les autorités.La situation dans le nord-est du pays est alarmante avec des dizaines, voir des centaines de soldats tués au cours des derniers mois par le groupe jihadiste, alors que le pays se prépare à voter pour élire un nouveau président le 16 février. Le dirigeant sortant Muhammadu Buhari, un ancien général candidat à sa propre succession, a été élu en 2015 sur la promesse d'éradiquer le groupe, dont l'insurrection a fait plus de 27.000 morts depuis ses débuts en 2009. La semaine dernière, six soldats ont été tués lorsque des combattants de Boko Haram ont attaqué le village de Kamuya, près de la région natale du chef de l'armée nigériane, Tukur Yusuf Buratai. Les sources militaires anonymes ont déclaré que la faction de Boko Haram alliée au groupe de l'Etat islamique - Etat islamique en Afrique de l'Ouest (ISWAP) - était à l'origine des attaques du week-end à Kareto (Borno) et Buni Yadi. Elle est également responsable de la très lourde attaque de Baga, sur les rives du lac Tchad, qui a contraint plus de 30.000 civils à fuir vers Maiduguri, la capitale de l'Etat du Borno, fin décembre. Quelque 10.000 autres personnes ont également été contraintes de fuir après une autre attaque dans la ville reculée de Rann, près de la frontière avec le Cameroun, la semaine dernière. L'escalade des violences soulève des questions sur la manière dont des élections peuvent être organisées dans ces zones touchées par les combats et où plus d'1,7 million de personnes ne peuvent toujours pas regagner leur foyer.