Nigeria: 5 enfants tués dans l'explosion d'une grenade dans le Nord-Est

13 août 2021 à 13h15 par AFP

AFRICA RADIO

Cinq enfants ont été tués jeudi soir dans l'explosion d'une grenade avec laquelle ils jouaient dans la périphérie de Ngala, une localité du Nord-Est du Nigeria, en proie à une insurrection jihadiste, ont indiqué vendredi à l'AFP des membres d'un groupe d'auto-défense.

"Les cinq enfants ont récupéré l'engin explosif alors qu'ils gardaient un troupeau dans un champs", a déclaré Umar Kachalla, le responsable d'une milice antijihadiste. "La grenade a explosé dans leurs mains alors qu'ils jouaient avec", a-t-il précisé. "Deux enfants sont morts sur le coup tandis que les trois autres sont morts à l'hôpital de Mada" au Cameroun voisin, où ils avaient été transportés, a-t-il précisé.Ce bilan a été confirmé par Umar Ari, un autre combattant du groupe d'auto-défense qui opère dans la zone.En août 2014, le groupe jihadiste Boko Haram avait pris le contrôle de Ngala, qui se trouve à proximité de la ville commerciale de Gamboru, à la frontière entre le Cameroun et le Nigeria. Les troupes nigérianes avaient repris le contrôle des deux villes en septembre 2015 avec l'aide des militaires tchadiens, après des mois de combats. Des mines et des grenades qui n'ont jamais explosé parsèment encore les champs situés à l'extérieur des deux villes, qui avaient été le théâtre d'intenses combats entre militaires et jihadistes, a affirmé M. Ari. Des accidents se produisent périodiquement dans cette région, lorsque des enfants ramassent ces explosifs qu'ils prennent pour des jouets, selon M. Kachalla. Selon lui, des dizaines de personnes sont mortes ou ont été blessées dans ce type d'accidents dans la zone. En décembre 2019, neuf personnes avaient été tuées et 26 blessées lorsqu'un engin explosif avait explosé sur un pont reliant Gamboru et Fotokol, localité se trouvant du côté camerounais de la frontière.L'insurrection jihadiste dans le pays le plus peuplé d'Afrique a débuté en 2009, avec les attaques du groupe Boko Haram, puis de l'Iswap, issu d'une scission de Boko Haram et qui est devenu le groupe armé dominant dans la région.Boko Haram a confirmé mi-juin la mort de son dirigeant historique, Abubakar Shekau, dans des combats contre l'Iswap.Ce conflit au Nigeria a fait près de 36.000 morts et deux millions de personnes ont été déplacées. Et il s'est étendu au Niger, au Tchad et au Cameroun voisins.