Nigeria: 5 tués dans un raid de la police contre une cache d'armes

21 février 2011 à 18h49 par La rédaction

KANO (Nigeria) (AFP)

Cinq membres présumés d'une secte islamiste ont été tués lundi lors d'un raid de la police contre une maison servant de cache d'armes dans le nord-est du Nigeria, a indiqué une source policière.

Cette opération dans l'Etat de Yobe s'est déroulée un jour après que des soldats ont tué deux hommes armés et découvert une autre cache d'armes dans l'Etat voisin de Borno, où le mouvement islamiste radical Boko Haram est particulièrement actif.

Lundi, la police a découvert des grenades, des armes à feu, des lance-roquettes, plus de 3.000 munitions ainsi que des câbles servant à la fabrication de bombes dans une maison à Damaturu, capitale de Yobe.

"Nous avons réussi à en tuer cinq (membres présumés de Boko Haram, ndlr) dans leur planque à Damaturu et en avons arrêté trois autres qui ont reconnu appartenir à la secte Boko Haram", a déclaré à l'AFP Mohammed Jinjiri Abubakar, responsable de la police de l'Etat de Borno.

La découverte de la cache d'armes "est très importante dans la lutte contre les militants de Boko Haram qui ont semé la terreur dans cette région du pays", a-t-il estimé.

La police a pu mener ce raid grâce à des informations recueillies auprès d'un homme armé capturé la veille.Deux de ses compagnons avaient été tués lors d'échanges de tirs avec l'armée dans l'Etat de Borno, près de la ville de Gamboru Ngala, frontalière avec le Cameroun.

L'armée avait initialement indiqué, dans la nuit de dimanche à lundi, que les trois individus avaient été tués.

Selon le général Tanko Yusuf Gaya, ces hommes, dont il a refusé de dire s'il s'agissait de membres de Boko Haram, ont été trouvés en possession de Kalachnikov.

La secte avait déclenché un soulèvement en 2009, écrasé par un violent assaut de l'armée qui a fait des centaines de morts.Elle est accusée d'avoir commis des attaques et fusillades meurtrières répétées dans la région ces derniers mois.

Un renseignement émanant d'habitants avait conduit les soldats dimanche à une cache d'armes dans une voiture se trouvant dans un village proche du lieu de la fusillade.Les armes incluaient une mitrailleuse, des grenades, des Kalachnikov, des explosifs et une grande quantité de munitions, selon le général Gaya.