Nigeria: 7 tués dans un attentat pendant la fête de l'indépendance

1er octobre 2010 à 10h59 par La rédaction

ABUJA (AFP)

Au moins sept personnes, dont un officier de police, ont été tuées vendredi par des explosions dans Abuja pendant la cérémonie de cinquantenaire de l'indépendance du Nigeria, peu après l'annonce par le principal groupe rebelle du pays qu'il avait posé des bombes.

"Une voiture a explosé pas très loin d'Eagle Square faisant sept morts et trois blessés", a déclaré le porte-parole de la police nigériane, Emmanuel Ojukwu.La cérémonie des 50 ans de l'indépendance se tenait au même moment sur Eagle Square.

"Il y a sept cadavres, dont celui d'un officier supérieur de la police", a-t-on précisé de source policière.Un correspondant de l'AFP a vu six cadavres sur les lieux.

"Nous avons entendu une première explosion, puis une seconde, forte, derrière nous", a raconté à l'AFP un témoin.

Une dizaine de véhicules ont été détruits par l'explosion.Pompiers, policiers et démineurs sont arrivés rapidement sur les lieux, près d'un tribunal de la capitale fédérale nigériane.

Une épaisse fumée se dégageait sur les lieux tandis que les autorités s'employaient à boucler la zone et à repousser les journalistes.

Les célébrations de l'indépendance n'ont pas été interrompues, notamment la parade militaire organisée pour l'événement.

Plus tôt vendredi, le principal groupe rebelle du Nigeria, le Mouvement pour l'émancipation du delta du Niger (Mend), avait affirmé avoir placé des bombes sur le site de la cérémonie, ainsi qu'à ses abords.

"Plusieurs engins explosifs ont été placés avec succès dans et aux alentours" du site où doivent se dérouler les cérémonies, affirmait un communiqué du Mend, en soulignant que les lieux devaient être évacués avant 10h30 locales.

La première explosion a eu lieu un peu plus d'une heure après l'expiration de l'ultimatum.

"Il n'y a rien de bon à célébrer après 50 ans d'échecs", juge le Mend dans son communiqué, ajoutant : "depuis 50 ans, la population du delta du Niger a vu ses terres et ses ressources lui être volées".

Le Mend, qui réclame une meilleure redistribution dans le delta du Niger de la manne générée par le pétrole et le gaz extraits dans la région, a revendiqué dans le passé plusieurs enlèvements d'employés du secteur pétrolier et attaqué des installations pétrolières.

Une partie des militants du Mend a cependant renoncé à la violence après un accord d'amnistie avec le gouvernement fédéral de l'ancien président Umaru Yar'Adua, décédé le 5 mai.