Nigeria: Boko Haram/ISWAP revendique une attaque contre une base militaire

Par AFP

AFRICA RADIO

La faction de Boko Haram de l'Etat islamique en Afrique de l'Ouest (ISWAP) a revendiqué vendredi une attaque conte une base de l'armée nigériane dans le nord-est du pays, qui a fait trois morts.

"Un combat à l'arme automatique (entre les combattants d'ISWAP et l'armée nigériane) a fait 3 morts et de nombreux blessés, tandis que les autres (soldats) ont fui", affirme le communiqué publié par la plate-forme de surveillance américaine SITE. "Les combattants du califat ont brûlé deux tanks, un 4x4 militaire, et ont emporté avec eux un nombre important d'armes et de munitions", précise ISWAP. Des combattants présumés de la faction du groupe de l'Etat Islamique d'Afrique de l'Ouest ont attaqué mercredi soir la base militaire de la ville de Kareto, à 150 km au nord de Maiduguri, la capitale de l'État du Borno."Nous avons perdu trois soldats dans le combat et plusieurs autres sont toujours portés disparus", avait déclaré jeudi à l'AFP un officier en poste à Maiduguri. Dans le même temps, des jihadistes de Boko Haram ont attaqué mercredi soir le village de Mammanti, situé à 5 km de Maiduguri, tuant une personne et incendiant tout le village avant de voler des centaines de tête de bétail, a déclaré le chef du village et des habitants.Les attaques s'intensifient depuis plusieurs semaines, notamment contre les bases militaires et au moins une centaine de soldats ont été tués depuis juillet. En une semaine, des centaines de civils ont du fuir les combats, qui se rapprochent dangereusement de Maiduguri, ancien fief du groupe islamiste, qui vit désormais dans une paix relative.Le conflit a causé la mort de plus de 27.000 personnes depuis 2009 et 1,8 million de personnes ne peuvent toujours pas regagner leurs foyers dans la région du lac Tchad.