Nigeria : des hommes armés attaquent une école militaire

Par La rédaction

AFRICA RADIO
KANO (Nigeria) (AFP) - (AFP)

Des hommes armés ont attaqué, prés de Kano dans le nord du Nigeria, une école secondaire dirigée par des militaires, blessant deux officiers, a déclaré vendredi un responsable de l'armée de l'air, tuant quatre personnels de l'armée de l'air selon un médecin.

"Il y a eu une attaque contre une école dépendant de l'armée de l'air par des hommes armés non identifiés" jeudi soir, a expliqué un responsable de l'aviation sous couvert de l'anonymat, dans l'école privée avec internat située à la sortie de Kano.

"Deux de nos officiers ont été blessés et transportés à l'hôpital", a-t-il ajouté.

Selon un médecin, s'exprimant également sous couvert de l'anonymat, quatre membres de l'armée de l'air ont été tués.

L'école était soigneusement gardée vendredi après d'autres incidents survenus dans le secteur jeudi, dont une attaque contre un poste de police.

Un porte-parole de la police, Magaji Majia, a tout d'abord annoncé que des "bandits armés" avaient attaqué un poste de police jeudi soir, blessant un policier.Il est revenu plus tard sur sa déclaration, indiquant que le policier avait été blessé par un tir en se rendant sur son lieu de travail vendredi matin.

Selon des habitants de Kano, des coups de feu ont également été entendus dans un autre faubourg de la ville dans la nuit de jeudi.

On ne savait pas encore s'il existait un lien entre les événements survenus jeudi.

L'école militaire de Kwa commençait vendredi les vacances de Noël.

"Vers 20H30, nous avons entendu des coups de feu venant de l'intérieur de l'école et qui ont duré une trentaine de minutes", a indiqué un fermier voisin.

"Nous avons pensé que c'était les étudiants qui tiraient des coups de feu pour célébrer le début des vacances, mais nous avons compris plus tard que c'était une attaque d'hommes armés", a-t-il raconté.

Le nord du Nigeria est secoué régulièrement par des violences à caractère ethnique et religieux qui ont fait des centaines de morts ces dernières années, imputées au groupe islamiste Boko Haram.

Boko Haram, qui réclame l'application stricte de la charia (loi coranique), a multiplié ces derniers mois assassinats et attentats.Le 26 août, le mouvement islamiste a revendiqué un attentat suicide contre le siège de l'ONU en plein coeur de la capitale Abuja, faisant 24 morts.