Nigeria: des manifestants dispersés par la police, une femme retrouvée morte

3 juillet 2021 à 16h00 par AFP

AFRICA RADIO

Une jeune femme a été retrouvée morte samedi à Lagos, la capitale économique du Nigeria, peu après la dispersion par la police de quelques dizaines de manifestants séparatistes de l'ethnie yoruba, avec gaz lacrymogène et canons à eau.


Quelques dizaines de sympathisants du groupe du leader Sunday Igboh, qui milite pour la création d'une nation "Yoruba" dans le sud-ouest du pays, s'étaient réunis malgré l'interdiction de se rassembler et une très importante présence policière, a constaté un journaliste de l'AFP sur place. Après des heures de face à face avec les forces de l'ordre, les manifestants ont remonté l'immense artère d'Ojota derrière une banderole où était inscrit "Eko Mega Rally" avant d'être délogés avec des canons à eau et du gaz lacrymogène. Une fois le calme revenu et la panique dissipée, une jeune femme, qui vendait des yaourts sur le bord de la route a été retrouvée morte baignant dans son sang. Il n'était pour l'instant pas possible de savoir si elle a été tuée par balles mais la police a démenti tout lien avec son décès. "Des passants ont trouvé un corps sur le bord de la route, mais nous ne savons pas qui c'est et si la personne est morte aujourd'hui ou pas. C'était peut-être un corps mort depuis plus longtemps", a déclaré à l'AFP Adejobi Olumuyiwa, porte-parole de la police de l'Etat de Lagos.Il a également assuré qu'aucun tir à balles réelles n'avait eu lieu et qu'une enquête était en cours pour déterminer les circonstances de sa mort. La police nigériane est régulièrement accusée de nombreuses exactions et de violence envers la population, qui s'était soulevée en octobre dernier pour demander le démantèlement d'une unité de police après la mort d'un jeune homme, tué entre leurs mains. L'activiste nigérian Sunday Igboho, connu pour ses discours incitant à la haine ethnique, est en fuite après une descente de la police jeudi à son domicile, où ont été retrouvées des armes à feu pour "préparer une violente insurrection contre l'Etat nigérian", selon les autorités.Le Nigeria est secoué par une grave crise économique, une forte inflation et de nombreuses voix indépendantistes commencent à émerger, dans le sud-ouest et le sud-est du pays. Le président Muhammadu Buhari, musulman du nord du pays, est fortement décrié pour sa gestion de la sécurité dans ce pays de plus de 210 millions d'habitants.