Nigeria: deux millions de déplacés en raison d'inondations

Par La rédaction

LAGOS (Nigeria) (AFP)

De vastes inondations dans un Etat du nord du Nigeria, provoquées par l'ouverture de barrages après de fortes précipitations, ont entraîné le déplacement de quelque deux millions de personnes au cours des dernières semaines, selon les autorités qui ne font pas état de victimes.

Plus de 5.000 villages sont concernés et la moitié de la population de l'Etat de Jigawa, frontalier du Niger, qui compte 4,3 millions d'habitants, a été déplacée."Nous avons environ deux millions de personnes touchées", a déclaré à l'AFP un responsable de l'Etat, Umar Kyari, ajoutant qu'il n'y avait pas d'information sur d'éventuelles victimes.

Toutefois, des sources officielles avaient fait état plus tôt dans le mois d'au moins trois morts dans l'ensemble des sept Etats du nord du Nigeria, affectés par des inondations et le bilan s'est vraisemblablement alourdi depuis.

Selon des médias locaux, les intempéries ont fait des dizaines de morts, mais ces chiffres n'ont pas pu être confirmés de source officielle.

Dans l'Etat de Jigawa, dans l'extrême-nord du pays, M. Kyari, joint au téléphone à Dutse, la capitale, a précisé que les inondations avaient été provoquées par l'ouverture des vannes de deux barrages situés sur les rivières Challawa et Tiga, dans l'Etat voisin de Kano.La décision d'ouverture avait été prise en août pour éviter le débordement des retenues d'eau après de fortes précipitations.

Des responsables locaux ont vivement critiqué cette décision prise par l'agence qui gère les barrages, rappelant que des incidents similaires avaient déjà eu lieu dans le passé et que pour autant, l'agence n'avait pas modifié son attitude.

Selon M. Kyari, ces barrages sont ouverts presque tous les ans pour éviter que l'eau se déverse ensuite sur des villages situés en contrebas des ouvrages.Mais, a-t-il souligné, "cette année, ça a été très, très dévastateur".

Environ 90.000 hectares de terres agricoles ont été inondés dans le Jigawa, entraînant des pertes en récoltes et bétail estimées à 4,5 milliards de naira (30 millions de dollars, 22 millions d'euros), selon M. Kyari.Les fermiers cultivent le riz, le maïs et le mil.

"Plus de 5.000 villages situés dans 11 de nos 27 régions ont été touchés, selon lui."Cela a commencé il y a plus de deux mois et cela continue à l'heure où je vous parle".L'eau a commencé à refluer mais des villages demeurent encore submergés.

Les personnes déplacées se sont réfugiées dans des zones situées sur des hauteurs et dans des zones arides, et ont été accueillies dans des écoles, a poursuivi le responsable.

Plusieurs autres Etats dans le nord du Nigeria - le pays le plus peuplé d'Afrique avec plus de 160 millions d'habitants - sont affectés par des inondations cette année.

Dans l'Etat de Sokoto (nord-ouest), des dizaines de milliers de personnes ont été déplacées à la suite de la rupture d'un barrage sur la rivière Rima, selon l'ONG Médecins sans frontières (MSF) qui a accru ses interventions et envoyé des abris d'urgence.

Selon les ONG citant des chefs locaux, 40 personnes ont péri lors de la rupture du barrage, mais le chiffre n'a pas été confirmé de source officielle.

40.000 personnes n'ont pu regagner leur domicile, a estimé MSF."Une grande partie de la zone est toujours submergée", a indiqué Gautam Chatterjee, un responsable local de l'ONG, ajoutant que les déplacés ont besoin d'eau potable.

Le président nigérian Goodluck Jonathan s'est rendu dans l'Etat la semaine dernière, survolant les zones sinistrées, et a promis de l'aide.

Les pluies ont surpris les populations locales, l'agence météorologique nationale ayant annoncé des précipitations particulièrement faibles pendant la saison des pluies.L'agence avait averti qu'en conséquence, plus de 12 millions de personnes dans le nord du pays risquaient d'être confrontées à des pénuries de vivres.