Nigeria: deux morts dans des violences électorales à la veille de la présidentielle

Par AFP

AFRICA RADIO

Deux personnes ont été tuées dans le nord du Nigeria, dans des violences entre partisans des deux principaux partis, ont rapporté des sources policières et locales vendredi, à la veille de l'élection présidentielle.

Les violences ont éclaté jeudi dans le village de Kofa, à 70 km de la grande ville de Kano, au passage de l'ancien gouverneur de l'Etat, Rabiu Kwankwaso, qui se rendait à un meeting politique de son parti (Parti Populaire Démocratique, PDP, opposition). Le PDP a rapporté que le convoi de Kwankwaso avait été forcé de s'arrêter par des partisans de l'actuel gouverneur Abdullahi Umar Ganduje du Progrès des Progressistes (APC). La police locale a "enregistré deux morts et 36 véhicules brûlés". Un membre du gouvernement local a également rapporté "deux morts dans les échauffourées", et 10 blessés. Au Nigeria, le report des élections présidentielle, législatives et sénatoriales du 16 au 23 février a marqué un très clair changement de ton entre les deux principaux partis, qui s'accusent mutuellement de saboter le scrutin, faisant craindre des éruptions de violences sporadiques à travers le pays. Le Centre de Communication et de Crise nigérian, qui est composé de plusieurs représentants des agences de sécurité du pays a classé l'Etat de Kano parmi les 12 Etats où des violences sporadiques sont à prévoir pendant ou après le scrutin.