Nigeria: deux soldats tués et cinq miliciens blessés dans deux attaques de Boko Haram

2 décembre 2018 à 15h37 par AFP

AFRICA RADIO

Au moins deux soldats ont été tués dans l'attaque d'une base militaire dans le nord-est du Nigeria, où les jihadistes du groupe Boko Haram ont également mené un attentat-suicide durant le week-end, a-t-on appris dimanche de sources concordantes.

Samedi soir, des combattants du groupe de l'Etat islamique en Afrique de l'Ouest (ISWAP), une branche de Boko Haram affiliée à l'organisation Etat islamique (EI), ont attaqué une base militaire à Buni Gari, un village isolé de l'Etat de Yobe (nord-est), engageant d'intenses combats avec les soldats sur place."Nous avons perdu deux soldats dans l'attaque et six terroristes ont également été tués, dont les corps ont été récupérés par les soldats", a affirmé un officier militaire à l'AFP.Les jihadistes "ont été mis en déroute" grâce à l'arrivée de renforts aériens et terrestres provenant d'une ville voisine, selon cet officier s'exprimant couvert d'anonymat.Selon un milicien qui combat aux côtés de l'armée contre Boko Haram, les assaillants sont arrivés vers 20H00 locales (19H00 GMT) et ont ouvert le feu sur les troupes."Nous avons récupéré les corps de deux soldats et de six insurgés de Boko Haram", a-t-il confirmé, précisant que les combats avaient duré "moins d'une heure".Le groupe jihadiste a intensifié ces derniers mois les attaques contre les positions de l'armée nigériane dans les Etats du Borno et de Yobe, les plus touchés par l'insurrection qui a fait plus de 27.000 morts depuis 2009.Depuis juillet, l'AFP a recensé au moins 19 attaques contre des bases militaires, dont la plupart ont été revendiquées par l'ISWAP.Une attaque-suicide a par ailleurs frappé samedi, quasiment au même moment, Maiduguri, la capitale de l'Etat voisin du Borno, faisant cinq blessés parmi les civils appartenant à la milice combattant Boko Haram.Deux femmes kamikazes ont été arrêtées au poste de contrôle de Muna Garage, à l'entrée de Maiduguri, et l'une d'entre elles a réussi à déclencher sa ceinture d'explosif avant d'être neutralisée, a affirmé un responsable de la milice, Babakura Kolo."La kamikaze et sa complice ont été tuées dans l'explosion tandis que cinq de nos collègues ont été blessés", a-t-il dit.Le président nigérian Muhammadu Buhari, qui avait promis lors de son élection en 2015 d'éradiquer Boko Haram, a assuré à plusieurs reprises que le groupe jihadiste était "techniquement vaincu".Son bilan sécuritaire est aujourd'hui très critiqué et les soldats déployés dans le Nord-Est se plaignent régulièrement de manquer d'armes et de vivres, face à des insurgés nombreux et lourdement armés.