Nigeria/Elections: "les diplomates minent la confiance du pays" (parti au pouvoir)

Par AFP

AFRICA RADIO

Le parti au pouvoir du Nigeria a accusé les Etats-Unis et leurs alliés, qui avaient appelé à des élections libres et sans intimidation, de "miner la confiance du pays" quelques jours avant les élections présidentielle et législatives.

"Plutôt que de nous encourager à organiser des élections crédibles, des déclarations pareilles minent la confiance du pays", a déclaré Festus Keyamo, porte-parole du Congrès des Progressistes (APC) dans un communiqué. "Il semble que ces diplomates veuillent discréditer le scrutin avant même qu'il n'ait eu lieu", a-t-il regretté. La semaine dernière, les Etats-Unis ont appelé le Nigeria à faire en sorte que les élections présidentielle et législatives du 16 février soient "libres, justes, transparentes et pacifiques" et que la commission électorale puisse travailler sans faire l'objet d'"intimidations"."Ceux qui interfèrent avec le processus électoral ou incitent à la violence doivent rendre des comptes", avait mis en garde le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo dans un communiqué. Il faisait référence à la menace à peine déguisée proférée par le gouverneur de l'Etat de Kaduna, Nasir El-Rufai, selon lequel "les étrangers qui interviendront dans notre processus électoral repartiront dans des sacs mortuaires"."Personne ne viendra au Nigeria et nous dira comment diriger notre pays. Nous sommes un pays indépendant et nous tâchons de le diriger aussi décemment que possible", avait-il lâché dans un meeting électoral. Même si les élections de 2015 ont été considérées comme libres et transparentes, le Nigeria a une longue tradition de violences et de fraudes depuis son passage à un régime démocratique en 1999. Les Etats-Unis et la Grande-Bretagne, ancien colonisateur, ont une présence influente au Nigeria, notamment pour son pétrole, (le Nigeria est le premier exportateur d'or noir en Afrique avec 2 millions de barils/jour) et par l'importante diaspora outre-atlantique. Le président sortant Muhammadu Buhari, ancien général qui a dirigé une première fois le pays pendant les dictatures militaires, est en lice pour un second mandat et affrontera Atiku Abubakar, ancien vice-président entre 1999 et 2007, et candidat du Parti Populaire Démocratique (PDP).