Nigeria: explosions et tirs d'islamistes présumés contre des soldats à Kano

Par La rédaction

KANO (Nigeria) (AFP) - (AFP)

Des islamistes présumés ont jeté des explosifs et ouvert le feu mercredi sur des soldats, provoquant une fusillade à Kano, la grande métropole du nord du Nigeria secouée en janvier par des attaques meurtrières, ont indiqué une source militaire et un témoin.

"Notre point de contrôle (...) a été attaqué ce matin par des hommes armés soupçonnés d'appartenir à Boko Haram", un groupe islamiste qui multiplie depuis des mois les assauts sanglants, a déclaré à l'AFP une source militaire.

"Les soldats ont repoussé l'attaque et arrêté quatre suspects", a-t-elle ajouté.

Iweha Ikedichi, le porte-parole de l'armée dans l'Etat de Kano, dont la ville éponyme est la capitale, a confirmé l'arrestation de "quatre membres présumés de Boko Haram", dans le quartier Tinshama mais s'est refusé à fournir plus de précisions.

L'agence nationale de secours, Nema, a indiqué qu'il n'y avait pas de mort.

Kano, qui se remet encore d'une série d'attaques revendiquées par Boko Haram ayant fait au moins 185 morts le 20 janvier, s'est réveillée mercredi au son d'explosions et de tirs.

Un correspondant de l'AFP sur place a compté au moins six importantes déflagrations et le tout a duré environ une heure.Le périmètre où s'est produite l'attaque a été bouclé par les forces de l'ordre.

Un habitant de Kano affirmant avoir vu l'assaut a affirmé que "vers 05H00 du matin (04H00 GMT), des hommes armés sont arrivés en voiture et ont ouvert le feu sur des soldats au point de contrôle.Les soldats ont riposté".

Selon ce témoin, les assaillants ont lancé des explosifs contre les soldats qui ont réussi à les faire "battre en retraite".

Des soldats ont ensuite circulé dans le quartier, tirant en l'air, et ont arrêté les quatre suspects.

La série d'attaques le 20 janvier est jusqu'à présent l'assaut le plus meurtrier qu'a revendiqué Boko Haram.Le groupe s'en prend souvent à l'armée et à la police mais a aussi attaqué des églises ou encore le bâtiment des Nations unies.

Mardi, un homme affirmant parler au nom des islamistes a revendiqué une attaque qui a fait environ 30 victimes la veille sur un marché de Maiduguri, fief du groupe situé dans le nord-est du Nigeria.

Le Nigeria, pays le plus peuplé d'Afrique avec 160 millions d'habitants également répartis entre musulmans, majoritaires dans le nord et chrétiens, plus nombreux dans le sud, est la première puissance pétrolière du continent.