Nigeria: l'armée met en échec une nouvelle tentative d'enlèvement d'étudiants

Par AFP

AFRICA RADIO

Les forces de sécurité nigérianes ont mis en échec une nouvelle tentative d'enlèvement de centaines d'écoliers dans l'État de Kaduna, dans le nord-ouest du Nigeria, a annoncé dimanche le gouvernement local.

Dimanche à l'aube, "des bandits présumés ont pris d'assaut la Government Science Secondary School d'Ikara... dans le but d'enlever des élèves", a déclaré dans un communiqué Samuel Aruwan, Commissaire aux affaires intérieures de l'État de Kaduna."Heureusement, les élèves ont utilisé le système d'alerte mis en place et ont ainsi pu alerter les forces de sécurité de la région", a-t-il expliqué.Une force de sécurité conjointe, composée de soldats, de policiers et de vigiles, s'est déployée dans l'école et "a affronté les bandits, les forçant à fuir". Les 307 élèves de l'établissement ont été tous retrouvés et recensés, après un comptage des effectifs. "La tentative d'enlèvement a été complètement déjouée et aucun élève n'a été kidnappé", selon M. Aruwan.Il s'agit de la cinquième attaque d'école en moins de trois mois dans le nord-ouest et le centre du Nigeria, où des groupes criminels, appelés "bandits" par les autorités, attaquent des villages, volent du bétail et pratiquent des enlèvements contre rançon depuis une dizaine d'années.Jeudi soir, des hommes armés avaient pris d'assaut un autre collège, à Mando, à la périphérie de la capitale de ce même Etat de Kaduna. L'armée était parvenue à secourir dans la foulée près de 180 étudiants et étudiantes. Mais 39 autres, 23 femmes et 16 hommes, restent otages des "bandits", selon les autorités locales, qui ont annoncé qu'une opération de sauvetage était en cours.Les médias locaux ont publié samedi plusieurs vidéos des étudiants enlevés, envoyées notamment via le compte facebook de l'un d'entre eux."En tant que gouvernement, notre objectif est de retrouver nos élèves disparus et de prévenir d'autres épisodes d'enlèvements dans les écoles", a assuré dimanche M. Aruwan.Les Etats voisins de celui de Kaduna sont également la cible de ces bandes criminelles, agissant par appât du gain, et a priori sans motivation idéologique, mais dont les attaques ont déjà provoqué l'émoi dans le monde entier.