Nigeria: l'opposant Sowore affirme avoir été blessé par la police lors d'une manifestation

Par AFP

AFRICA RADIO

L'opposant nigérian et défenseur des droits humains Omoyele Sowore a affirmé lundi avoir été blessé par la police lors de la dispersion d'une manifestation à Abuja, ce que démentent les forces de sécurité.

M. Sowore, qui par le passé a organisé de nombreuses manifestations contre la mauvaise gouvernance au Nigeria, a publié sur Twitter une photo de sa blessure, affirmant avoir été atteint par "un agent de police" à la fontaine de l'Unité à Abuja. "Jusqu'ici cet incident ne nous a pas été rapporté (...) et contrairement à ce qui est affirmé, les agents de police ont rétabli le calme de manière professionnelle", a rétorqué la porte-parole de la police locale Mariam Yusuf dans un communiqué. "Les manifestants qui étaient déchaînés ont été contenus par les agents de police pour les empêcher de provoquer des troubles à l'ordre public", a indiqué la porte-parole.L'activiste Inibehe Effiong, un proche de M. Sowore, a affirmé sur Twitter que l'opposant a "été visé par un agent de la police, qui a tiré une grenade de gaz lacrymogène directement sur lui". M. Sowore a été transporté d'urgence dans un hôpital, a affirmé à l'AFP l'un de ses avocats, Marshall Abubakar, affirmant que son client souffrait d'une "blessure grave, une plaie profonde", sans autre précision.L'organisation de défense des droits humains Amnesty International a déclaré sur Twitter avoir reçu "une information préoccupante selon laquelle la police aurait tiré sur Omoyele Sowore"."Les manifestants méritaient d'être écoutés, pas qu'on leur tire dessus", poursuit l'organisation, appelant les autorités à ouvrir une enquête.Candidat malheureux à la présidentielle de février 2019, M. Sowore, 49 ans, avait été arrêté en août 2019 et en décembre 2020 pour avoir appelé à l'organisation d'une manifestation de masse, "Révolution maintenant".Pourfendeur du président Muhammadu Buhari, il est aussi le fondateur du journal en ligne Sahara Reporters, qui se présente comme un média d'investigation indépendant.En octobre, le Nigeria, pays le plus peuplé d'Afrique, a connu un mouvement de contestation de la jeunesse contre les violences policières et le pouvoir.Ces manifestations ont été sévèrement réprimées, parfois dans le sang, selon plusieurs associations des droits de l'Homme, et ont dégénéré en émeutes et pillages dans plusieurs grandes villes durant une semaine.