Nigeria: la ville de Maiduguri "complètement encerclée" par Boko Haram

Par La rédaction

Kano (Nigeria) (AFP)

Les insurgés islamistes de Boko Haram ont encerclé la ville de  Maiduguri et préparent une attaque imminente contre ce  carrefour commercial du nord-est du Nigeria, a prévenu jeudi un groupe de notables influents de cette région.

Boko Haram "a complètement encerclé la ville de Maiduguri", capitale de l'Etat de Borno, a déclaré dans un communiqué le Forum des anciens du Borno, composé d'anciens responsables politiques et militaires et de dirigeants locaux. 

"Il est clair que leur cible imminente est la ville de Maiduguri", insistent-ils. 

"Nous demandons au gouvernement fédéral de fortifier la ville de Maiduguri et ses environs", ajoutent-ils.

"Les insurgés (...) nourrissent l'ambition d'attaquer la ville de toutes parts.Il y a des informations crédibles des services de renseignements locaux dans ce sens", précise le texte.

Selon le Forum des anciens, plus de la moitié des 4,1 millions d'habitants de l'Etat de Borno se trouvent actuellement à Maiduguri, berceau historique de Boko Haram, où ils vivent pour la plupart dans des conditions précaires.

L'état d'urgence a été instauré dans l'Etat de Borno ainsi que dans les Etats voisins d'Adamawa et de Yobe en mai 2013 dans le but de mettre fin à l'insurrection islamiste de Boko Haram, qui a fait plusieurs milliers de morts en cinq ans.

Mais malgré ces mesures, l'armée nigériane s'est montrée impuissante à stopper l'avancée du groupe extrémiste, dont les attaques se sont encore intensifiées ces derniers mois.

Selon les anciens, le gouvernement doit agir rapidement, les insurgés ayant déjà pris le contrôle de villes proches, à l'est et au sud de Maiduguri.

Boko Haram s'est récemment emparé de la ville de Bama, à 70 kilomètres  de Maiduguri, mais l'armée dit en avoir repris le contrôle depuis. 

Auparavant, dans une déclaration vidéo diffusée le 24 août, le chef de Boko Haram, Abubakar Shekau, avait affirmé que les islamistes s'étaient emparés de Gwoza, également dans l'Etat de Borno, qu'il a déclaré avoir placé sous le règne d'un califat islamique.