Nigeria: le Mend prévient d'une attaque "imminente" dans la capitale Abuja

15 octobre 2010 à 15h14 par La rédaction

LAGOS (AFP)

Le principal mouvement armé du Nigeria, le Mend, qui a revendiqué le récent double attentat meurtrier d'Abuja, a mis en garde vendredi contre une nouvelle attaque "imminente" dans la capitale fédérale.

Le Mouvement pour l'émancipation du delta du Niger (Mend) a adressé un courriel aux médias intitulé "Attaque à la bombe imminente à Abuja" dans lequel il affirme qu'il préviendra 30 minutes avant l'heure prévue de l'attaque, sans plus de précisions.

Le 1er octobre, pendant la cérémonie officielle marquant le cinquantenanire de l'indépendance du Nigeria, le Mend avait diffusé une alerte à la bombe une heure environ avant un double attentat à la voiture piégée qui a fait 12 morts et des dizaines de blessés.

"Nous avons décidé de mener une autre attaque à Abuja sans changer notre mode opératoire, afin de prouver l'innocence des suspects", arrêtés depuis cette attaque, affirme le Mend dans son courriel.

Le groupe accuse le gouvernement nigérian de s'être lancé dans une "chasse aux sorcières" après le double attentat et d'avoir utilisé l'attaque comme prétexte pour "accuser à tort et harceler ses opposants".Le Nigeria est en pleine campagne à l'approche d'élections générales prévues début 2011.

"Le gouvernement de Goodluck Jonathan a répondu en arrêtant des innocents sur la base de fausses accusations les reliant à l'attaque", dénonce le Mend.

Henry Okah, ancien leader du mouvement, a été arrêté en Afrique du Sud le 2 octobre et inculpé pour "terrorisme".Il est acccusé par le Parquet sud-africain d'avoir "joué un rôle majeur" dans le double attentat.

Il clame son innoncence et a assuré vendredi devant un tribunal de Johannesburg ne pas connaître les neuf personnes arrêtées au Nigeria pour ces attaques.

Le président Jonathan - originaire du delta du Niger, région pétrolifère du sud du Nigeria où le Mend avait jusqu'à présent mené la quasi totalité de ses actions, ciblant principalement l'industrie pétrolière - avait affirmé quelques jours après l'attaque du 1er octobre qu'elle n'était pas le fruit du Mend mais de "terroristes" en dehors du pays.

Dans son courriel vendredi, le Mend "réaffirme clairement être responsable " de cette attaque tout en "regrettant les pertes en vies humaines qui auraient pu être évitées".

Le groupe a plusieurs fois accusé les autorités de ne pas avoir pris ses mises en garde au sérieux.

"Comme d'habitude, nous donnerons une mise en garde 30 minutes à l'avance afin d'éviter des pertes civiles", écrit-il vendredi.

Le 1er octobre, les voitures avaient explosé à quelques centaines de mètres d'une grande place où des dizaines de milliers de Nigérians, le chef de l'Etat et des délégations étrangères assistaient à la cérémonie de la fête de l'indépendance.