Nigeria: le projet gazier de 25 milliards créera 500.000 emplois

24 mars 2011 à 21h22 par La rédaction

ABUJA (AFP)

Le président nigérian Goodluck Jonathan a déclaré jeudi que le projet gazier de son gouvernement prévoyant 25 milliards de dollars d'investissements allait créer plus de 500.000 emplois et mettre fin à la déperdition du gaz dans cet important pays pétrolier.

La réalisation de ce projet "entraînera des investissements d'environ 25 milliards de dollars dans le traitement du gaz, la transmission et en aval dans les projets d'utilisation du gaz", indique un communiqué de la présidence de la république du Nigeria.

"Au total, cette initiative créera directement ou indirectement 500.000 emplois dans les secteurs de la construction, la logistique, l'hôtellerie, la fabrication, la banque et surtout dans l'agriculture", ajoute le communiqué.

Lors du lancement de ce projet, la société pétrolière d'Etat NNPC avait signé un protocole d'accord avec des partenaires de l'industrie pétrochimique et des fertilisants: la société saoudienne Xenel, la société indienne Nagarjuna, ainsi que Chevron, précise le texte.

Le projet prévoit aussi la création d'une installation centrale de traitement du gaz, une mega usine pétrochimique et deux usines de fertilisants, poursuit le communiqué.

"Ce programme mettra un terme à la déperdition du gaz (brulé en torchères) au Nigeria, sachant que les marchés créés constituent un débouché pour tout le gaz actuellement perdu", a souligné le président Jonathan.

Les réserves prouvées du Nigeria en gaz sont officiellement les huitièmes du monde, mais une partie est actuellement brûlée en raison du manque d'infrastructures de transformation.

Le gouvernement nigérian voudrait utiliser les réserves de gaz pour alimenter des stations thermiques et régler ainsi le problème de manque cruel d'électricité qui provoque de nombreux délestages dans ce pays le plus peuplé d'Afrique et pour accroître les exportations de gaz naturel.

Le président Jonathan a fait l'éloge des investisseurs en provenance d'Arabie Saoudite, d'Inde, d'Italie, des Etats-unis et du Nigeria qui ont pris des parts dans ce gigantesque projet.

L'industrie pétrolière représente 90% des exportations du Nigeria et 80% des recettes du gouvernement.