Nigeria: les autorités suspendent les activités de l'ONG Acted dans le nord-est

Par AFP

AFRICA RADIO

Les activités de l'ONG française Acted ont été suspendues samedi par les autorités du Borno, Etat du nord-est du Nigeria en proie à une grave crise humanitaire après douze ans d'insurrection jihadiste, ont-elles annoncé dans un communiqué.

"Le gouverneur du Borno, le professeur Babagana Umara Zulum, a ordonné la suspension immédiate de Acted, après avoir découvert samedi que l'ONG humanitaire utilisait un hôtel à Maiduguri (la capitale régionale du Borno, ndlr) pour former des personnes aux tirs", selon ce communiqué.Selon les autorités, la police a été alertée par des résidents qui "ont entendu des détonations en provenance d'un hôtel", où "l'ONG française a été retrouvée en train d'utiliser des armes factices pour des sessions d'entrainement".Deux formateurs nigérians ont été conduits au poste de police et une enquête a été ouverte."Pendant la durée de l'enquête, le gouverneur Zulum a ordonné la saisie de l'hôtel et la suspension des activités humanitaires d'Acted dans l'Etat du Borno".Contactée samedi soir par l'AFP, Acted au Nigeria a préféré ne pas réagir pour le moment.Les ONG sensibilisent régulièrement à la sécurité leur personnel agissant dans des zones de conflit. Des armes factices peuvent être utilisées dans le cadre de ces formations.Depuis le début de la rébellion du groupe islamiste radical Boko Haram en 2009 dans le nord-est du Nigeria, le conflit a fait près de 40.000 morts et deux millions de déplacés.L'ONU estime que 13,1 millions de personnes vivent dans les zones affectées par le conflit (Etats du Borno, d'Adamawa et Yobe), dont 5,3 millions souffrent d'insécurité alimentaire et ont besoin d'assistance pour survivre.Les relations entre l'armée nigériane et les organisations internationales ont toujours été compliquées, les autorités voyant dans leur action une ingérence dans les affaires de l'Etat.