Nigeria: manifestations violentes pour dénoncer la hausse des kidnappings contre rançon

Par AFP

AFRICA RADIO

Des centaines de manifestants en colère sont descendus dans les rues à la sortie d'Abuja lundi et ont bloqué une autoroute pour protester contre une hausse importante des kidnappings contre rançons dans la périphérie de la capitale fédérale du Nigeria. 

Des groupes de jeunes hommes ont dressé des barricades de pneus en feu sur la route entre Abuja et Kaduna, qui mène vers le nord du pays, au niveau du district de Tafa, et ont mis le feu à un commissariat, a pu constater un journaliste de l'AFP sur place. 

Ils chantaient et criaient en remontant l'axe routier "les kidnappings doivent cesser" dans une scène de grande confusion et de colère.

"Il y a cinq jours, ils ont enlevé quatre personnes.Et hier, ils sont revenus et en ont enlevé seize", criait l'un deux, ne souhaitant pas divulguer son identité, comme tous les autres manifestants. 

Le Nigeria, pays le plus peuplé d'Afrique avec 200 millions d'habitants, est en proie à de nombreux problèmes d'insécurité et notamment à de nombreux kidnappings contre rançons perpétrés par des groupes criminels plus ou moins organisés. 

Ces enlèvements visaient auparavant les citoyens riches ou les travailleurs expatriés dans le milieu du pétrole, mais ils se sont désormais étendus à toutes les classes sociales, même les plus pauvres. 

"Ça ne va pas!Ça devient hors de contrôle", confie un manifestant."A chaque fois c'est la même chose: les forces de sécurité arrivent trop tard, une fois que les kidnappeurs sont partis". 

Selon les médias locaux, douze personnes ont été enlevées sur cette route, réputée pour son insécurité, rien que la semaine dernière. 

"C'est le chaos ici.On ne dort plus.Et s'il n'y a pas de renforcement de la sécurité, le problème va empirer", poursuit cette même source. 

La police de l'Etat nigérian du Niger, frontalier de Tafa, a confirmé lundi l'enlèvement de six personnes dans la nuit de dimanche à lundi, mais a vivement condamné les manifestations menées, selon elle, par des "voyous". 

"Des voyous ont bloqué les deux voies de la voie rapide entre Abuja et Kaduna pour protester contre l'escalade des kidnappings dans leur communauté", a fait savoir Wasiu Abiodun, porte-parole de la police locale dans un communiqué."Ces mêmes voyous ont ensuite vandalisé et mis le feu au commissariat de Gauraka". 

Des dizaines de camions et de camions-citernes étaient toujours bloqués lundi à la mi-journée à la sortie de la capitale fédérale.