Nigeria: saisie de matériel pour confection de bombes en provenance de Chine

Par La rédaction

LAGOS (AFP) - (AFP)

Les douanes nigérianes ont annoncé samedi la saisie dans le port de Lagos d'une cargaison illégale de matériel servant à la confection de bombes, en provenance de Chine, alors que le pays est secoué depuis des mois par des explosions, dont une qui a frappé l'ONU fin août.

"Un conteneur de 40 pieds (12 mètres) (rempli) de matériel (pour la confection) d'explosifs a été intercepté hier (vendredi) dans le port de Tin Can" à Lagos, a déclaré à l'AFP un porte-parole des douanes, Wale Adeniyi.

Lors d'une inspection, les douanes ont "découvert des valves pour prises électriques industrielles et des lampes de chevet rechargeables.C'est ce qui avait été déclaré", a-t-il indiqué.

Mais il y avait également dans ce conteneur "une grande quantité de matériel pour (la confection d') explosifs", a-t-il poursuivi, citant "des câbles sous-terrains, de la pâte modelable et des fils".

M. Adeniyi est revenu sur sa déclaration antérieure selon laquelle des détonateurs avaient aussi été trouvés, indiquant qu'il n'en était "pas certain".

Le conteneur, arrivé dans le port de la capitale commerciale nigériane au mois de juin, a été transporté "par le navire MV Sheng Shi", parti du port de Huangpu, dans le sud de la Chine, a précisé M. Adeniyi.

La suspicion des services de renseignement des douanes nigérianes a été éveillée après qu'elles eurent relevé des "anomalies" sur les documents relatifs au chargement.

"Le nom du consignataire sur le manifeste (...) diffère de celui indiqué dans la déclaration douanière", a indiqué M. Adeniyi.

Le porte-parole n'était pas en mesure de préciser à qui la cargaison était destinée et personne ne s'était présenté pour la réclamer.

En octobre 2010, les autorités nigérianes avaient intercepté dans le port de Lagos des conteneurs d'armes importées illégalement, en provenance d'Iran.

Cette saisie avait fait grand bruit, l'Iran étant sous le coup de quatre types de sanctions de l'ONU à cause de son programme nucléaire, dont une interdiction des ventes d'armes.

Le Nigeria a été secoué ces derniers mois par des attentats à la bombe, revendiqués par une secte islamiste violente.

Le 26 août, un kamikaze a activé ses explosifs au pied du siège des Nations unies dans la capitale Abuja, faisant 23 morts et plus de cent blessés, l'une des pires attaques jamais menées contre l'ONU.

Les autorités nigérianes sont sous pression accrue pour mettre un terme à ces attaques et trouver les responsables.La sécurité a été renforcée dans plusieurs villes du pays le plus peuplé d'Afrique (150 millions d'habitants).