Nigeria: trois morts dans des attentats dans le nord attribués à Boko Haram

Par La rédaction

KANO (Nigeria) (AFP) - (AFP)

Trois personnes ont été tuées dimanche dans le nord du Nigeria dans l'attaque de bâtiments de la police et de banques imputée à un groupe islamiste, ont déclaré des habitants.

Des membres de la secte Boko Haram sont soupçonnés dans cette attaque qui s'est prosuite dans la ville de Azare, à 230 km de la capitale de l'Etat, Bauchi et a duré quatre heures.Un policier et un soldat figurent parmi les morts et deux autres policiers ont été grièvement blessés, selon les mêmes sources.

Les assaillants étaient équipés d'armes lourdes, ils ont lancé leurs explosifs et ouvert le feu sur le centre régional de la police et un bâtiment attenant, appartenant à la police de la ville, incendiant les locaux, ont rapporté les habitants.

"Ils sont arrivés avec plusieurs véhicules armés de fusils d'assaut et se sont dirigés vers le poste de police sur lequel ils ont lancé des bombes ainsi que sur le bâtiment attenant de la police locale", a déclaré à l'AFP un habitant Usman Musa.

"Ils ont laissé derrière eux un drapeau noir planté devant l'entrée du poste de police portant l'inscription en arabe "Allah Akbar" (Dieu est grand), ce qui a laissé penser qu'il s'agissait de Boko Haram", a-t-il précisé.

Les assaillants ont également jeté des bombes sur deux banques de la ville et les ont pillées, ont indiqué les habitants.

M. Musa, qui se trouvait au centre médical régional où ont été transportés les victimes a vu les corps d'un soldat, d'un policier et d'un garçon de courses.

Un autre habitant Garba Mohammed a confirmé que deux banques avaient été attaquées et dévalisées.

La secte Boko Haram, qui réclame l'application stricte de la charia (loi islamique), a multiplié depuis des mois assassinats et attentats après avoir lancé un soulèvement durement réprimé en 2009.

Ses actions sont devenues de plus en plus sophistiquées et le 26 août le mouvement islamiste a revendiqué un attentat suicide contre le siège de l'ONU en plein coeur de la capitale Abuja (centre), faisant 24 morts.

Début novembre Boko Haram avait revendiqué une série d'attaques ayant fait plus de 150 morts à Damaturu dans le nord-est du Nigeria, pays le plus peuplé du continent avec quelque 160 millions d'habitants, majoritairement musulmans dans le nord, principalement chrétiens dans le sud.