Nigeria: une vingtaine de morts dans une attaque lundi dans le centre du pays

Par AFP

AFRICA RADIO

Une vingtaine de miliciens d'un groupe civil d'auto-défense et un militaire ont été tués lundi dans un village du centre du Nigeria, en proie aux violences des groupes criminels, ont annoncé vendredi les autorités locales.

Des dizaines d'hommes sont arrivés à moto lundi soir en périphérie du village de Kotonkoro, dans le district de Mariga dans l'Etat du Niger. Ils ont tendu une embuscade aux miliciens du village, tuant 25 d'entre eux. Des bandes de voleurs de bétail - appelées "bandits" par les autorités locales - sèment la terreur depuis plusieurs années dans les zones rurales du centre et du nord-ouest du Nigeria, pratiquant à grande échelle pillages et enlèvements contre rançon.Encouragées par les autorités, les communautés locales ont constitué des milices, dans des régions où les forces de sécurité manquent cruellement pour défendre les civils. "Nous avons perdu 25 de nos membres", a déclaré à l'AFP le chef de la milice du district de Mariga, Abu Hashim. Un responsable politique local, Ibrahim Ilyasu, a confirmé à l'AFP cette attaque, ajoutant qu'un soldat avait également été tué."Les bandits ont attaqué un poste militaire et tué un soldat, c'est alors que les miliciens sont partis à leur poursuite", a-t-il déclaré. "Malheureusement, les bandits leur ont tendu une embuscade et ont ouvert le feu, tuant plus de vingt d'entre-eux", a-t-il ajouté. Ces gangs criminels opèrent à partir de camps situés dans la forêt de Rugu qui s'étend sur les Etats de Zamfara, Katsina, Kaduna et du Niger.L'armée nigériane s'est déployée dans la région en 2016 et un accord de paix avec plusieurs de ces hommes armés a été signé en 2019 mais les exactions se sont poursuivies. Ces gangs - motivés à priori par l'appât du gain et sans raison idéologique - ont multiplié au cours des derniers mois les attaques visant des écoles, provoquant une vive émotion dans le monde entier.