Nord du Mali: les rebelles disent contrôler un camp à Tessalit, l'armée dément

Par La rédaction

BAMAKO (AFP) - (AFP)

Les rebelles touareg ont affirmé dimanche avoir pris le contrôle d'un camp militaire à Tessalit (nord-est du Mali), une information confirmée par une source sécuritaires régionale, mais démentie par l'armée malienne qui parle de poursuite des combats.

"Nous avons pris le contrôle du camp militaire de Tessalit.Il n'y a pas eu beaucoup de victimes, nous avons fait quelques dizaine de prisonniers", a déclaré à l'AFP Moussa Salam, un responsable de la rébellion touareg contacté par téléphone depuis Bamako."Nous avons renforcé notre position dans le secteur", a-t-il ajouté sans donner de bilan dans un premier temps.

Selon une source sécuritaire régionale contactée par l'AFP depuis Bamako, "nos informations confirment que l'armée malienne n'est plus à l'intérieur du camp de Tessalit.A-t-elle quitté le camp de gré ou de force?C'est une autre question."

Cette source a ajouté que "des civils maliens, dont un responsable de la préfecture du secteur de Tessalit, sont arrivés dimanche à la frontière avec l'Algérie".

Le camp militaire de Tessalit est situé à une quinzaine de km de cette localité stratégique du nord-est du Mali, près de la frontière algérienne.

La prise du camp par les rebelles a toutefois été démentie "catégoriquement" par une source militaire malienne.

"A l'heure actuelle, les troupes gouvernementales se battent contre les rebelles touareg, des combattants d'Aqmi (Al-Qaïda au Maghreb islamique) et des trafiquants de drogue non loin de Tessalit", a affirmé cette source contactée à Gao, une ville du nord-est du Mali.

De violents combats ont opposé depuis fin février les rebelles touareg à l'armée malienne pour le contrôle du camp militaire.

Le Mali est confronté depuis le 17 janvier à des attaques de membres du MNLA et d'autres rebelles, dont des hommes lourdement armés rentrés de Libye où ils avaient combattu pour le régime de Mouammar Kadhafi.

Plusieurs plusieurs localités et positions de l'armée dans sa partie Nord ont été visées.

Les combats ont fait de nombreuses victimes - morts et blessés - des deux côtés, sans qu'il soit possible d'établir de sources indépendantes un bilan précis des pertes.Ils ont également poussé des dizaines de milliers d'habitants à fuir ces zones, dans des campements de déplacés en territoire malien, et dans des pays voisins, Niger, Mauritanie, Burkina Faso et Algérie.