Normalisation Maroc/Israël: "le conflit au Sahara occidental n'a que trop duré", souligne Paris

11 décembre 2020 à 15h06 par AFP

AFRICA RADIO

La France a salué vendredi la "reprise des relations diplomatiques" entre Israël et le Maroc, estimant que le conflit au Sahara occidental, un des enjeux de cette normalisation, n'avait que "trop duré" et qu'une issue "juste et durable" devait être trouvée.

"Le conflit au Sahara occidental n'a que trop duré et fait peser un risque permanent de tensions", a déclaré la porte-parole du ministère français des Affaires étrangères, alors que le président américain sortant Donald Trump a reconnu la souveraineté de Rabat sur ce territoire en contrepartie de la normalisation israélo-marocaine.L'ancienne colonie espagnole est à la fois revendiquée par les Marocains et les indépendantistes du Front Polisario soutenus par l'Algérie, voisine et grande rivale régionale de Rabat. Des négociations pilotées par l'ONU sont au point mort.La France est "favorable à une solution politique juste, durable et mutuellement acceptable, conformément aux résolutions du Conseil de sécurité des Nations unies", a ajouté la porte-parole du Quai d'Orsay, Agnès von der Mühll."Dans cette perspective, elle considère le plan d'autonomie marocain comme une base de discussions sérieuse et crédible", a-t-elle souligné.Rabat, qui contrôle les trois quarts de ce territoire désertique de 266.000 km2, propose une autonomie sous sa souveraineté. Le Polisario, qui a proclamé en 1976 la République arabe sahraouie démocratique, réclame, depuis des années, le référendum d'autodétermination prévu par un accord de 1991.Si l'Algérie n'a pas encore officiellement réagi à l'accord de normalisation, le Polisario a condamné avec force "le fait que le président américain sortant, Donald Trump, attribue au Maroc ce qui ne lui appartient pas", et assuré que "les combats se poursuivront jusqu'au retrait total des troupes marocaines d'occupation".Le Polisario fait état quotidiennement d'échanges de tirs le long du mur de sable qui sépare les deux camps depuis la rupture le 13 novembre du cessez-le-feu en place depuis 1991.Sur la question d'Israël, la France a par ailleurs salué "le rappel par les autorités marocaines de leur soutien à la solution des deux États"."Avec ses partenaires, la France est déterminée à contribuer à une reprise du dialogue sur la base du droit international et des paramètres agréés", a ajouté le Quai d'Orsay.Sous l'impulsion de l'administration Trump, le Maroc est le quatrième pays du monde arabe à annoncer prendre ou reprendre des relations diplomatiques officielles avec Israël ces derniers mois, après les Emirats arabes unis, Bahreïn et le Soudan.