Otages tués au Niger: Juppé réaffirme avoir suivi la "procédure habituelle"

Par La rédaction

BORDEAUX (AFP)

Le ministre de la Défense, Alain Juppé, a confirmé samedi à Bordeaux avoir suivi "la procédure habituelle" pour déclassifier les documents demandés dans l'enquête sur l'opération militaire du 8 janvier pour tenter de libérer deux otages français enlevés puis tués au Sahel.

"Le juge d'instruction a demandé communication d'un certain nombre de documents, j'ai suivi la procédure habituelle qui consiste à consulter la commission sur le secret défense", a affirmé à la presse M. Juppé, en marge de la première réunion régionale de la Grande cause nationale "lutte contre la solitude".

"J'ai suivi son avis et donc ces documents sont déclassifiés et mis à la disposition de la justice", a poursuivi le maire UMP de Bordeaux.

Une source judiciaire avait indiqué vendredi que la Commission consultative du Secret de la Défense nationale (CCSDN) avait rendu jeudi un avis favorable à la déclassification de photos et de vidéos prises lors de l'intervention des forces spéciales françaises au Mali pour tenter de libérer les otages.

Le procureur de la République de Paris, Jean-Claude Marin, dirige l'enquête préliminaire sur l'enlèvement de Vincent Delory et Antoine De Léocour le 7 janvier au Niger et leur décès le lendemain au Mali.

Sa demande de documents classés secret défense datait du 14 janvier, et Alain Juppé avait saisi mardi la CCSDN pour avis.Celle-ci a émis jeudi son avis favorable à la déclassification et le ministre a donc décidé de s'y conformer dès vendredi, dans un délai très rapide.