Ouganda: la peine capitale retirée de la proposition de loi anti-gays

Par La rédaction

KAMPALA (AFP) - (AFP)

Le député ougandais qui a déposé une proposition de loi controversée durcissant la législation contre l'homosexualité, a annoncé vendredi son intention d'abandonner les dispositions prévoyant la peine de mort dans certains cas.

"Il n'y aura pas de peine de mort du tout (...) cela va être retiré", a déclaré à l'AFP David Bahati, député à l'origine de cette proposition de loi décriée par les organisations de défense des droits de l'Homme, les Etats-Unis et le Royaume-Uni, notamment.

L'homosexualité est déjà illégale en Ouganda et passible de longues années de prison, mais le Parlement envisage depuis des mois de durcir les sanctions, prévoyant de les faire aller jusqu'à la peine de mort, dans certains cas de récidive notamment.

Sous la pression internationale, les députés ougandais avaient ajourné leurs débats en mai dernier.La nouvelle proposition de loi avait été redéposée mardi par David Bahati.

Ce dernier a également indiqué à l'AFP qu'il allait retirer les clauses prévoyant l'emprisonnement de personnes n'ayant pas dénoncé l'homosexualité d'un proche aux autorités et la prison à vie pour ceux qui se proclament mariés à quelqu'un du même sexe.

Il a assuré que l'objectif de la proposition de loi était désormais de faire cesser la promotion de l'homosexualité et l'incitation de mineurs à l'homosexualité, et visait également à empêcher le gouvernement de signer les traités internationaux consacrant les droits des homosexuels.

Selon M. Bahati, la proposition a été envoyée à la commission parlementaire des Affaires juridiques et doit revenir devant le Parlement dans les 45 jours pour être débattue.