Plongée en Ouganda dans le centre de décompte secret de l'opposition

19 février 2011 à 15h09 par La rédaction

KAMPALA (AFP)

A Kampala, un bâtiment anonyme abrite dans le plus grand secret une équipe de jeunes volontaires qui, encadrés par des responsables de l'opposition, s'affairent à la compilation des résultats de la présidentielle de vendredi pour prendre de vitesse la commission électorale.

"Notre plan est d'annoncer (les résultats) d'ici la fin de la journée, car (la commission électorale) évoque demain" pour proclamer les siens, explique le responsable de ce centre parallèle, sous couvert de l'anonymat pour des raisons de sécurité.

Kizza Besigye, 54 ans et principal rival du président sortant Yoweri Museveni, 66 ans dont 25 ans à la tête du pays, assure depuis des mois que les élections seront entachées de fraudes et les résultats officiels de la commission électorale truqués.

D'où la mise en place de cette cellule, censée lui permettre d'annoncer ses propres résultats, une démarche susceptible de radicaliser l'après-élection et de lui valoir une nouvelle arrestation.

Samedi, des dizaines de volontaires, souvent âgés de moins de 30 ans, disséquaient les procès-verbaux en leur possession, tandis que d'autres patientaient dans la cour, faute de résultats à compiler.

De craintes d'arrestations, les responsables du centre ont gardé l'endroit secret: seuls trois médias ont été autorisés à y pénétrer samedi midi et ont été requis de changer de véhicule sur leur trajet.

De même, une partie de l'équipe sur place a passé ses dernières nuits dans la bâtiment, se reposant à tour de rôle sur quelques matelas posés à même le sol, pour éviter d'attirer l'attention avec des allées et venues trop fréquentes.

"Je suis ici pour mon pays", explique un jeune activiste, dans l'attente de résultats communiqués par plusieurs milliers de sympathisants répartis dans le pays.

"Les résultats lus par (le président de la commission électorale Badru) Kiggundu sont manipulés.Ils transitent par de nombreux circuits", explique le responsable du bureau.

A l'issue des précédentes élections en 2006, la Cour suprême ougandaise s'était montrée très critique envers la commission, déjà présidée par M. Kiggundu et dont la composition est quasi-identique en 2011.M. Museveni est resté sourd aux appels de l'opposition de réformer l'institution.

A 16H30 (13H30 GMT), le centre de l'opposition avait homologué les résultats de 1.500 bureaux de vote, sur près de 24.000 au total, et M. Museveni arrivait en tête avec 50,8% contre 42,5% pour M. Besigye.

Dans cette course contre la montre engagée à distance avec la commission électorale, le responsable du centre s'inquiétait des menaces sur la liberté de mouvement de ses troupes sur le terrain, chargées de collecter les résultats, bureau de vote par bureau de vote.

"Certains ont été molestés sur leur trajet, mais il font de leur mieux.Ils se déplacent avec les moyens du bord: en moto, en bus et même dans leur propre voiture"

Et le responsable d'ajouter, en dépit de résultats serrés en l'état: "Au final, nous nous attendons à une victoire au premier tour".

A 16H45, le secret semblait éventé et un important déploiement policier était visible à l'extérieur du bâtiment.