Plus d'1 milliard de dollars de dons pour l'Est du Soudan

1er décembre 2010 à 12h05 par La rédaction

KOWEIT (AFP)

Plusieurs organisations et pays, dont le Koweït et l'Iran, se sont engagés mercredi à verser au total plus d'un milliard de dollars pour aider au développement de l'est du Soudan, lors d'une conférence des donateurs à Koweït, où d'autres dons devraient être encore annoncés.

L'est du Soudan, où près de la moitié de la population vit avec moins de deux dollars par jour, est le grand oublié de l'aide internationale concentrée au Darfour et au Sud-Soudan, qui doit se prononcer le 9 janvier sur son indépendance.

Le Koweït, pays hôte de la conférence, a promis 500 millions de dollars et l'Iran 200 millions de dollars.

"J'ai le plaisir d'annoncer un don de 500 millions de dollars de l'Etat du Koweït pour le développement de l'est du Soudan", a déclaré le ministre koweïtien des Affaires étrangères, cheikh Mohammad Al-Sabah.

Sur cette somme, 450 millions de dollars financeront des projets qui seront réalisés par le Fonds koweïtien de développement économique arabe (FKDEA), tandis que les 50 millions restants iront à des projets sociaux, a-t-il ajouté.

Le ministre iranien des Affaires étrangères, Manouchehr Mottaki, a promis des investissements de 200 millions de dollars dans divers projets.

La Commission européenne s'est engagée pour 24 millions d'euros alors que l'Italie a promis 30 millions d'euros et l'Espagne 15 millions d'euros cette année.

Le Qatar a annoncé une importante contribution sans avancer de chiffre, alors que le Canada a promis un apport annuel de 6 millions de dollars.

L'Organisation arabe des garanties de l'investissement doit pour sa part investir 300 millions de dollars.

Au total, des engagements de plus d'un milliard de dollars ont ainsi été pris, a indiqué en milieu de journée le conseiller du président soudanais, Mustafa Osmane Ismaïl, qui a ajouté s'attendre à d'autres engagements.

Khartoum va de son côté investir 1,572 milliard de dollars dans différents secteurs (éducation, santé, irrigation, électricité et eau), a promis un adjoint du président soudanais, Moussa Mohammad Ahmed.

Mustafa Osmane Ismaïl a chiffré cette semaine à 4,2 milliards de dollars la manne nécessaire pour financer 181 projets visant à revitaliser l'économie exsangue de l'Est soudanais.

Khartoum table sur des investissements privés à hauteur de 2 milliards de dollars.

M. Ismaïl a indiqué mardi à Koweït que les projets devraient être réalisés totalement ou partiellement dans les cinq prochaines années.

Ces projets incluent la construction d'un barrage d'un coût estimé à 600 millions de dollars, trois cimenteries d'un coût total de 450 millions de dollars ainsi que des projets routiers et d'électricité pour 430 millions de dollars.

Plus de 600 représentants de 39 pays, de 28 organisations internationales et de 73 ONG participent à la conférence, qui se tient sur deux jours.

Y sont notamment présents les secrétaires généraux de la Ligue arabe et de l'Organisation de la conférence islamique (OCI) ainsi que des délégués du Fonds des Nations unies pour le développement économique (PNUD), de la Banque mondiale et du Fonds islamique de développement.

L'est du Soudan, une région de cinq millions d'habitants divisée en trois Etats (Mer Rouge, Kassala et Gedaref) au territoire vaste comme l'Italie, a été la scène de 1994 à 2006 d'une guerre civile peu médiatisée opposant le "Front de l'Est", une coalition de mouvements rebelles, au pouvoir de Khartoum.

Un accord de paix, qui a mis fin à la guerre, prévoyait la création d'un fonds de développement de 600 millions de dollars.Mais ses interventions ont été limitées.