Présidentielle en Zambie: émeutes dans un bidonville de la capitale après des fraudes présumées

Par La rédaction

LUSAKA (AFP) - (AFP)

Des émeutes ont éclaté mardi dans un des bidonvilles les plus peuplés de Lusaka, la capitale de Zambie, après que des militants de l'opposition ont affirmé avoir des preuves de fraudes électorales à l'occasion du scrutin présidentiel en cours, a constaté un journaliste de l'AFP.

Un homme transportant des bulletins de vote déjà marqués a été violemment battu par des opposants avant d'être emmené à un poste de police.Des militants du Front patriotique (opposition) ont lancé des pierres sur des affiches du président Rupiah Banda et ont bloqué des routes dans le bidonville de Kanyama.

Plus de cinq millions de Zambiens ont commencé à voter mardi matin pour choisir leur président, mais le principal opposant Michael Sata avait mis en garde dès les premières heures du scrutin contre les tentatives de tricheries des partisans du président sortant Rupiah Banda.

"Si les choses sont libres et honnêtes, nous sommes très confiants", avait dit M. Sata en déposant son bulletin dans l'urne à Lusaka peu après l'ouverture des bureaux de vote, à 6H00 du matin (04h00 GMT).

"Mais pour l'instant, avec les comportements que nous observons, ça devient difficile.Des urnes sans couvercle, des bulletins sans numéro de série...", avait-il dit, en appelant ses compatriotes à "rester très vigilants" pour assurer l'impartialité du scrutin.

M. Sata, qui a 74 ans tout comme le président Banda, avait déjà crié à la fraude lors de la dernière élection présidentielle en 2008, qu'il avait perdue de justesse.Ses partisans avaient provoqué des violences dans les jours suivants.

Le vainqueur de ce scrutin à un seul tour dirigera pendant cinq ans ce petit pays à la croissance économique spectaculaire (7,6% en 2010 selon le FMI), poussée par le boom des prix du cuivre, sa principale ressource minière.