Procès Rwanda: la parole à l'accusation, qui parle de génocide

12 mars 2014 à 6h38 par La rédaction

Paris (AFP)

L'accusation devrait requérir mercredi une lourde peine contre Pascal Simbikangwa, premier Rwandais poursuivi en France en lien avec le génocide de 1994, après avoir demandé la requalification des poursuites en génocide, alors qu'il était entré dans le box pour complicité.

Après cinq semaines d'audience, l'avocat général Bruno Sturlese avait demandé jeudi qu'une question subsidiaire en ce sens soit posée au jury, estimant que "les débats ont montré que monsieur Simbikangwa ne s'est pas rendu coupable de complicité de génocide mais bien de crime de génocide"."Celui qui fait commettre n'est pas un complice mais bien un auteur."

Sa demande a été acceptée par le président Olivier Leurent, et si la cour décide que l'accusé est coupable, elle pourra donc choisir génocide et/ou crimes contre l'humanité ou complicité de l'un et/ou l'autre.Au terme de quatre années d'investigations, les magistrats instructeurs avaient préféré renvoyer l'ex-officier de la garde présidentielle aux assises pour complicité.

Si la peine encourue est la perpétuité dans tous les cas, l'affaire est plus que symbolique.Le procès du capitaine Simbikangwa est en effet historique à plusieurs titres.Il est le tout premier organisé en France, que Kigali accuse d'avoir soutenu le régime génocidaire hutu et protégé ses responsables, et son verdict tombera à quelques semaines des commémorations des 20 ans du génocide.

Bruno Sturlese et Aurélia Devos, vice-procureur et chef du pôle crimes contre l'humanité créé à Paris en 2012, vont donc se relayer toute la journée pour convaincre le jury chargé de juger des faits qui se sont produits il y a 20 ans dans un petit pays d'Afrique à 6.000 kilomètres.

 

- 'Bien sûr qu'il les a vus!' -

 

Lundi et mardi, les avocats de cinq ONG parties civiles - il n'y a pas de victimes directes parties au procès - ont commencé ce travail, s'attachant notamment à démolir l'image que l'accusé veut projeter de lui  d'un petit fonctionnaire mis sur la touche et sans pouvoir, mais ayant tout fait pour sauver des connaissances tutsi des massacres.

Un point récurrent du procès est revenu dans toutes leurs plaidoiries, l'affirmation répétée de l'accusé qu'il a traversé les 100 jours au cours desquels 800.000 personnes, principalement des Tutsi, ont été massacrées d'avril à juillet 1994, sans voir un seul mort, même s'il en avait "entendu parler", et de ne s'être rendu compte qu'ensuite de l'ampleur des tueries.

"Bien sûr qu'il les a vus, mais ça fait partie de cette stratégie, de cette logique de déni", a fustigé Simon Foreman, conseil du Collectif des parties civiles pour le Rwanda (CPCR) dont la plainte contre Pascal Simbikangwa après son arrestation dans l'île française de Mayotte en 2008 a permis ce procès.

Quant aux Tutsi qu'il a sauvés, ce que personne ne conteste et dont les témoignages ont au demeurant été parmi les plus embarrassants pour l'accusé, "ces actes de sauvetage ne peuvent à aucun moment absoudre monsieur Simbikangwa de ce qu'il a pu commettre par ailleurs et ne sont aucunement contradictoires", a relevé Domitille Philippart, également pour le CPCR.

Jeudi, la parole sera à la défense, qui devrait notamment s'attacher à mettre en cause la fiabilité des témoins, que le capitaine Simbikangwa décrit comme manipulés ou intimidés.

Vendredi, les derniers mots seront pour l'accusé, avant les délibérations du jury et le verdict.