Projet d'assassinat d'un opposant congolais en France: la justice confirme l'inculpation d'un ex-espion

Par AFP

AFRICA RADIO

La justice française a maintenu les poursuites engagées contre un ancien espion suspecté d'avoir voulu tuer un opposant congolais en France, a-t-on appris vendredi de sources proches du dossier.

La défense de cet ex-agent de la Direction générale de la Sécurité extérieure (DGSE) avait plaidé, en juin, la nullité de sa mise en examen (inculpation) pour défaut d'indices mais cette requête a été rejetée par la chambre de l'instruction de la cour d'appel de Lyon (centre-est).Bruno Susini, 51 ans, est mis en cause depuis un an dans cette affaire obscure, marquée par l'assassinat d'un second suspect, Daniel Forestier, 57 ans, un ancien espion lui aussi.Son corps a été retrouvé criblé de balles sur un parking de Haute-Savoie le 21 mars, six mois après la mise en examen des deux hommes pour association de malfaiteurs et détention d'explosifs.Selon l'accusation, ces deux anciens du service Action de la DGSE projetaient d'éliminer un opposant du régime congolais en fin d'année dernière.La victime du complot présumé, le général Ferdinand Mbaou, 62 ans, domicilié en région parisienne, a fui son pays il y a une vingtaine d'années quand Denis Sassou Nguesso a repris le pouvoir en renversant le président Pascal Lissouba, pour lequel travaillait ce militaire.Depuis 2015, il vit avec une balle fichée dans le dos, victime d'une tentative d'assassinat non élucidée.Le rejet de la requête de la défense "est une bonne chose car il n'y a plus d'obstacles, désormais, à la poursuite des investigations", ont estimé les avocats de Ferdinand Mbaou, Mes Henri Thulliez et Vincent Brengarth. "On espère que cela va être un élément déclencheur car on a trop perdu de temps jusque-là".