Raid militaire au Mali: au moins 20 soldats mauritaniens tués, selon Aqmi

Par La rédaction

NOUAKCHOTT (AFP) - (AFP)

Au moins vingt soldats mauritaniens ont été tués et 12 véhicules de l'armée détruits au cours du raid mené le 24 juin par l'armée mauritanienne contre une base d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) en territoire malien, a affirmé lundi cette organisation.

"La bataille s'est soldée par au moins 20 morts et la destruction de 12 véhicules" de l'armée mauritanienne, indique un communiqué d'Aqmi publié sur le site de l'Agence Nouakchott informations (ANI, indépendante), qui parle de "la déroute du reste de l'unité ennemie composée de 17 voitures".

Le communiqué n'a pu être authentifié immédiatement, mais l'ANI a régulièrement publié par le passé des communiqués ou déclarations d'Aqmi sans jamais avoir été démentie.

"Les moudjahidine, au nombre de 15, commandés par le dirigeant Khaled Al-Chinghity" de nationalité mauritanienne, ont perdu deux hommes "dont le sort demeure encore inconnu", ajoute le texte.

L'armée mauritanienne avait indiqué avoir tué 15 djihadistes et perdu deux de ses soldats au cours de ce raid mené le 24 juin dans la forêt de Wagadou, située dans le nord-ouest du Mali, à 70 km de la frontière mauritanienne.

Aqmi soutient également avoir saisi "nombre d'armes légères" et brûlé d'autres "armes lourdes de l'ennemi".

L'organisation accuse une nouvelle fois le président mauritanien Mohamed Ould Abdel Aziz de mener "une guerre par procuration pour le compte de la France".

Elle appelle les Mauritaniens à "contrecarrer et dénoncer cette guerre", et les militaires à "tirer les leçons de leurs pertes" et à "se sauver d'une guerre qui n'est pas la leur".

La base d'Aqmi ciblée par l'armée mauritanienne abritait de "l'armement lourd anti-char et anti-aérien" et constituait une "menace" pour la Mauritanie, avait affirmé l'état-major de l'armée de ce pays.

Elle avait été "totalement" détruite dans ce raid mené par les seuls soldats mauritaniens, selon l'état-major, qui a été suivi d'opérations de ratissage menées conjointement avec l'armée malienne.

La télévision mauritanienne avait ensuite montré des images des traces des combats dans cette zone, notamment des voitures calcinées, des cratères dus aux bombardements aériens, des restes de munitions non explosées et des provisions alimentaires abandonnées par les "criminels".